Conseil d'Etat vaudois: droite et gauche repartent avec les mêmes

L'Alliance de droite est reconduite pour le 2e tour de l'élection au Conseil d'Etat vaudois, mais sans Christelle Luisier, déjà élue. ©KEYSTONE/CYRIL ZINGARO
Elections can..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Quatre candidat(e)s à droite, quatre à gauche: les deux principales alliances vaudoises ont reconduit lundi soir leur liste pour le second tour de l'élection au Conseil d'Etat programmé le 10 avril.

Désormais sans Christelle Luisier (PLR), seule élue dimanche au premier tour, l'Alliance de droite a maintenu Isabelle Moret (PLR), Frédéric Borloz (PLR), Michaël Buffat (UDC) et Valérie Dittli (Le Centre). A gauche, le ticket rose-vert composé de Nuria Gorrite, Rebecca Ruiz, Celsa Amarelle (toutes trois PS) et Vassilis Venizelos (Verts) a aussi été confirmé.

Ces huit candidats lutteront pour les six places restantes au sein du gouvernement vaudois. Des noms, issus d'autres partis, pourraient s'ajouter d'ici mardi midi, date limite pour le dépôt des listes, mais ils n'auront aucune chance d'être élus le 10 avril.

Equipe soudée

"Nous avons réussi ce que peu de monde imaginait: nous avons créé une véritable équipe. Une équipe de coeur!", a relevé Michaël Buffat. Le conseiller national UDC a insisté, comme ses colistiers, sur "la complémentarité" entre les candidats de droite et "l'amitié" qui était née entre eux au fil de la campagne. "La population vaudoise l'a bien sentie", a-t-il ajouté.

Bien qu'en position de force, l'Alliance a prévenu que rien n'était encore joué. "L'enjeu est fondamental. Il faut continuer avec passion et humilité. On peut le faire!", a déclaré Christelle Luisier en haranguant ses collègues de parti, réunis lundi soir à Aquatis à Lausanne.

La ministre sortante a appelé à voter de manière compacte pour le 10 avril. "Chaque nom que l'on biffe, c'est une voix pour la gauche", a-t-elle insisté.

"Propos venimeux"

Le président du PLR vaudois, Marc-Olivier Buffat, a aussi mis en garde alors que "la campagne va se durcir" pour le second tour. Il a notamment dénoncé les "propos venimeux" de la présidente du Parti socialiste, Jessica Jaccoud, qui a "stigmatisé" Michaël Buffat comme un candidat de "l'extrême droite".

Valérie Dittli a relevé que l'Alliance de droite avait opposé "un clair non merci" aux Vert'libéraux, qui auraient accepté de s'unir avec le PLR et le Centre, mais sans l'UDC. "Nous sommes une équipe de cinq, et c'est avec cette équipe que nous allons conquérir la majorité", a-t-elle lancé.

"Ramener la coupe à la maison"

Réunis pendant ce temps à la Maison du Peuple à Lausanne, les délégués socialistes ont aussi plébiscité le ticket rose-vert par applaudissement.

"Nous partons à égalité et nous allons gagner", a déclaré Jessica Jaccoud. "Il faudra convaincre et mobiliser", a-t-elle encore résumé. "Nous allons ramener la coupe à la maison", a pour sa part lancé Nuria Gorrite, usant de la métaphore sportive.

Peu avant, les Verts réunis à quelques pas dans un restaurant du centre-ville, avaient, eux aussi, validé cette stratégie.

Les Vert'libéraux renoncent

A noter finalement que les Vert'libéraux, réunis à huis clos à Lausanne, ont décidé de ne présenter aucun candidat. Leur meilleure représentante, Graziella Schaller, était arrivée au 10e rang dimanche avec 9% des voix.

"Les Vert'libéraux vaudois continuent d'affirmer leur indépendance", ont-ils indiqué dans un communiqué. Ils ne donnent aucune consigne de vote pour le second tour.

Ensemble à Gauche, dont le meilleur candidat Hadrien Buclin avait frôlé les 7%, sera également absent du second tour. Dans un communiqué, le parti de la gauche radicale demande de voter contre l'UDC et le PLR, mais sans soutenir ouvertement la liste rose-verte.

Le POP a également décidé de retirer ses candidats, a -t-il indiqué dans un communiqué. Il appelle à voter pour le ticket du PS et des Verts.

ATS
Catégories
Les articles les plus lus