Combats à Kiev, Zelensky dit avoir "cassé le plan" de Moscou

De nombreuses manifestations en soutien à l'Ukraine ont lieu dans le monde. Ici devant le palais de l'ONU à Genève. ©KEYSTONE/SALVATORE DI NOLFI
Ukraine
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé samedi avoir "cassé le plan" de l'invasion russe. Il a appelé à défendre la capitale Kiev, devenue plus que jamais la cible principale des forces de Moscou.

Au troisième jour de l'offensive lancée par le président russe Vladimir Poutine, au moins 198 civils ukrainiens, dont trois enfants, ont été tués et 1115 personnes blessées en Ukraine, selon le ministre ukrainien de la Santé, Viktor Liachko.

"Nous avons tenu bon et repoussons avec succès les attaques ennemies (...). C'est notre armée qui contrôle Kiev et les villes clés autour de la capitale", a assuré le président ukrainien Volodymyr Zelensky sur Facebook, appelant la population à prendre les armes et jurant de rester à Kiev.

Washington a accusé Moscou de vouloir prendre le contrôle de Kiev pour "décapiter le gouvernement" ukrainien et y installer à la place un pouvoir qui lui soit favorable.

Aide militaire en route

M. Zelensky a assuré qu'"armes et équipements de (ses) partenaires sont en route pour l'Ukraine", évoquant une "coalition antiguerre (qui) fonctionne" après une conversation avec son homologue français Emmanuel Macron. "La guerre est revenue en Europe" et elle "durera", a jugé ce dernier.

Le ministère néerlandais de la Défense a indiqué qu'il livrera "dès que possible" 200 missiles antiaériens Stinger à l'Ukraine. Prague a pour sa part dit faire don à l'Ukraine d'armes d'une valeur de 7,6 millions d'euros.

Affrontements à Kiev

Dans Kiev, ville-fantôme désertée par ses habitants, des combats opposent les forces russes et ukrainiennes ont lieu sur l'avenue de la Victoire, une des artères principales de la capitale.

Toute personne dans la rue entre 17h00 et 08h00 sera traitée en ennemie, a annoncé le maire de Kiev, Vitali Klitschko. Des soldats ukrainiens en patrouille ont assuré à l'AFP que les forces russes étaient en position de tir à quelques kilomètres de là.

Le métro de Kiev est à l'arrêt et sert désormais de "refuge" antiaérien aux résidents, a annoncé M. Klitschko, sur Telegram.

Un grand immeuble résidentiel a été touché samedi matin par un tir de missile, d'après les autorités ukrainiennes, qui n'ont pas donné de bilan dans l'immédiat.

"Unités de sabotage"

La nuit a été "difficile", selon le maire, qui a assuré que des "unités de sabotage" de Moscou se trouvent dans la ville, mais pas encore des unités régulières de l'armée russe.

L'armée ukrainienne a indiqué sur Facebook avoir détruit une colonne de cinq véhicules militaires, dont un char, sur l'avenue de la Victoire à Kiev. Dans la nuit, les autorités ont fait état d'une attaque russe contre une centrale électrique du quartier de Troieshchyna, au nord-est de Kiev.

Jusqu'à présent, le ministère russe de la Défense n'a pas évoqué d'offensive sur Kiev, faisant état uniquement de tirs de missiles de croisière sur des infrastructures militaires, d'avancées dans l'Est - où l'armée appuie les séparatistes des territoires de Donetsk et Lougansk - et dans le sud ukrainien, où les forces russes sont entrées jeudi depuis la péninsule de Crimée, annexée par Moscou en 2014.

Dizaines de militaires tués

Des unités russes ont été identifiés à Borodianki (à 70 km au nord-ouest de Kiev) à Butcha, dans la banlieue nord-ouest de la capitale, et à Vychgorod, dans sa banlieue nord, a indiqué sur Facebook l'armée ukrainienne.

Les forces russes "continuent leur attaque pour bloquer Kiev depuis le nord-est (du pays), mais elles ont été arrêtées par les forces armées ukrainiennes", a-t-elle encore affirmé.

A travers le pays, des dizaines de militaires ukrainiens ont perdu la vie dans les combats, selon l'armée ukrainienne qui affirme aussi infliger de lourdes pertes à l'armée russe. Moscou ne donne aucune information quant à son bilan.

100'000 Ukrainiens en Pologne

La Pologne affirme que 100'000 Ukrainiens ont franchi la frontière polonaise depuis jeudi. Neuf centres d'accueil ont été mis en place.

Ils sont plus de 116'000 à avoir fui au total vers les pays voisins - comme la Hongrie, la Moldavie, la Slovaquie et la Roumanie -, un nombre "en augmentation", a tweeté samedi le Haut-commissariat des Nations unies aux réfugiés (UNHCR).

Poutine appelle au coup d'Etat militaire

Vendredi, la Russie a bloqué au Conseil de sécurité de l'ONU, dont elle est un membre permanent, une résolution déplorant son "agression contre l'Ukraine" et lui réclamant de retirer immédiatement ses troupes. Le texte était soutenu par 11 des 15 pays y siégeant.

Vladimir Poutine paraît résolu à poursuivre son offensive, jusqu'à déloger du pouvoir à Kiev ceux qu'il qualifie de "drogués" et "néonazis". Il a aussi appelé l'armée ukrainienne à un coup d'Etat militaire.

Pas d'"invasion" dans les médias russes

Le régulateur russe des médias a ordonné samedi aux médias nationaux de supprimer de leurs contenus toute référence à des civils tués par l'armée russe en Ukraine ainsi que les termes "d'invasion", "d'offensive" ou de "déclaration de guerre".

M. Zelensky, dans une vidéo, a exhorté pour sa part les Russes à exiger la fin de la guerre auprès du Kremlin.

L'Otan, dont les dirigeants se sont retrouvés vendredi en visioconférence, a répété ces derniers jours qu'elle n'enverrait pas de troupes dans ce pays, mais les pays membres ont décidé de déploiement de troupes supplémentaires en Europe, notamment dans les pays de l'Est.

SWIFT

Le président ukrainien a appelé samedi Berlin et Budapest à approuver l'exclusion de la Russie du système interbancaire SWIFT, une sanction considérée comme l'"arme nucléaire économique" et examinée par l'UE.

Le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki a dénoncé samedi dans ce contexte à Berlin "l'égoïsme en béton" de certains pays occidentaux, alors que le Premier ministre italien Mario Draghi a promis de soutenir l'exclusion de Swift.

Un navire de commerce, soupçonné d'appartenir à une entreprise russe visée par les sanctions prises par l'UE, a été intercepté dans la Manche, ont annoncé les autorités françaises.

La Russie a de son côté annoncé la fermeture de son espace aérien aux avions venant de Bulgarie, Pologne ou de République tchèque en représailles d'une mesure similaire prise par ces pays.

ATS
Les articles les plus lus