Christian Constantin: «Pour Paolo, entraîner le FC Sion c'est la Champions League»

Christian Constantin ©Keystone-ATS
Football
Christophe Moreillon
Journaliste sportif

Pour la troisième fois en l’espace de quatre ans, le FC Sion a nommé Paolo Tramezzani à la tête de sa première équipe. Un technicien italien qui doit insuffler une (nouvelle) mentalité au groupe selon son président.

C’est l’histoire d’une séparation qui n’en est jamais vraiment une. Après deux premières unions (pour le pire puis le meilleur) en 2017 et 2020, le FC Sion et Paolo Tramezzani se sont retrouvés ce lundi pour débuter une troisième aventure commune. Des retrouvailles toutes naturelles à en croire le président Christian Constantin, à l’heure où celui-ci devait nommer le successeur du Soleurois Marco Walker, remercié en fin de semaine dernière.

«Si on ne trouvait pas quelqu’un qui connaisse le championnat, l’effectif et le club, on n’aurait pas forcément changé»Christian Constantin

«Marco avait de la peine à donner une ligne de jeu à l’équipe. On voyait que la progression n’arrivait pas donc on s’est demandé quelles étaient les meilleures options à utiliser», explique le boss de Tourbillon. «Changer était une variante mais changer pour qui, pour quoi? Dans la situation qui est la nôtre aujourd’hui, on se devait de trouver quelqu’un qui soit opérationnel tout de suite. Tant au niveau du championnat que de l’effectif ou de la connaissance du club. Si on trouvait quelqu’un qui correspondait à ce profil, on changeait. Sinon, on ne l’aurait pas forcément fait.»

Sous contrat en Arabie Saoudite

Ce profil recherché par les dirigeants, Paolo Tramezzani en remplissait toutes les cases…ou presque. «Le seul problème était qu’il était sous contrat aux Emirats (ndlr: il s’était engagé en début de saison avec Al Faisaly Harmah en Arabie Saoudite). Il fallait donc qu’il puisse se libérer avant de revenir chez nous. Dès qu’une solution a été trouvée avec son ancien club, tout a été très vite.»

«Quand tu as quelqu’un qui est heureux de revenir, tu n’as pas à t’employer pour le prendre»Christian Constantin

Christian Constantin assure ainsi ne pas avoir eu à s’employer pour convaincre son nouvel (et ex à la fois) entraîneur à reprendre les rênes de l’équipe. «Son rêve a toujours été d’être entraîneur du FC Sion. C’est sa Champions League à lui. Il est très attaché au club et à la région donc quand tu as quelqu’un qui est heureux de revenir, tu n’as pas à t’employer pour le prendre. Ce d’autant qu’en Arabie, il a peut-être plus connu un football de loisir qu’ici où tu es vraiment dans un sport de compétition.»

Une mentalité à donner à l’équipe

Avec Paolo Tramezzani, le FC Sion retrouve un entraîneur charismatique qui, s’il était passé à côté de son premier passage en Valais, avait profité du second pour maintenir le club en Super League dans la foulée de l’interruption du championnat liée au covid. Le Transalpin devra désormais donner un nouveau souffle à une formation qui n’est, certes, pas dans une position aussi délicate qu’en 2020 mais qui reste tout de même sur une série de résultats négatifs et de lourdes défaites. «L’urgence de résultat est bien présente», tonne Christian Constantin. «Il faut faire des points pour aller plus haut. Marco m’a dit qu’il n’arrivait pas à donner une mentalité à ce groupe. C’est un terrible désaveu pour un entraîneur. J’attends donc désormais de Paolo qu’il y parvienne.»

Et ce, dès ce dimanche à Tourbillon. Le FC Sion y accueillera le FC Bâle dès 16h30. Un match à suivre en direct sur Rhône FM et à l’occasion duquel, nous vous l’annoncions ce lundi, les billets nominatifs ne seront plus en vigueur.

CM/HDC
Thèmes liés à l'article
FootballFC SionSuper League
Catégories
Dossier FC Sion
album_image
En ce moment
Jerk it outCAESARS