« C’est notre petit bijou » : Gratien Lovey pilote une auto de 1987 et en prend soin

La BMW M3 de 1987 qui appartient à Gratien Lovey ©Rhône FM
Rallye
Hugo Da Custodia
Journaliste RP

Près de 20 véhicules historiques de compétition ont pris le départ de la 61ème édition du Rallye International du Valais. Le Valaisan Gratien Lovey est en course avec sa BMW qu’il chérit et qu’il essaie de préserver malgré l’exigence de l’épreuve.

Pendant que certains s’écharpent avec des voitures modernes pour se jouer la victoire dans telle ou telle catégorie, d’autres prennent la route avec des ambitions plus modestes. Se faire plaisir tout simplement et surtout ne pas abimer la voiture. C’est le cas de Gratien Lovey. « C’est interdit de casser, tonne le pilote de Liddes. C’est notre petit bijou et on y tient. »

« Quand il y a l’osmose avec la copilote et que tout fonctionne bien, c’est magique. » Gratien Lovey

Au volant de sa BMW M3 de 1987, ce passionné ne prend pas tous les risques. Il se prend tout de même au jeu quand la spéciale démarre. « On regarde un peu les temps, reconnaît-il. On est même surpris de rouler aussi bien. Quand il y a l’osmose avec la copilote et que tout fonctionne bien, c’est magique. » Avec Kathy Lattion à ses côtés, ce mécanicien régate dans la catégorie des VHC (véhicules historiques de compétitions). Il mène le bal dans le petit classement réservé aux équipages qui ne participent pas au championnat d’Europe.

Les modernes, très peu pour lui

Peu habitué aux interviews, Gratien Lovey ne boude pas son plaisir lorsqu’il s’agit d’échanger avec qui ce soit lors des regroupements. Le public est d’ailleurs sensible aux vieilles mécaniques. « Les gens adorent ça. Et en VHC il y a une super ambiance. » Lorsque le moteur est éteint, le pilote enlève son volant pour s’extirper de son vieux modèle. « Il faut être souple », disait-il avec le sourire avant de répondre à nos questions.

« J’adore les anciennes voitures qui ont leurs bruits et leurs pièces de fonderie en aluminium. Ce n’est pas comme les autos en plastique de maintenant. » Gratien Lovey

On sent dans son approche et dans la façon qu’il a de décrire sa voiture que Gratien Lovey y tient beaucoup. D’ailleurs pour rien au monde il n’échangerait sa BMW de 1987 contre une voiture moderne. « C’est une auto qui a 300 chevaux et qui est fantastique à rouler. J’adore les anciennes voitures qui ont leurs bruits et leurs pièces de fonderie en aluminium. Ce n’est pas comme les autos en plastique de maintenant qui sont un peu aseptisées. »   

Retrouvez ci-dessous l’entretien réalisé avec Gratien Lovey vendredi à Nendaz

HDC

Audios liés:

Entretien avec Gratien Lovey, pilote dans la catégorie VHC
Catégories
Dossier Rallye International du Valais
album_image
En ce moment
ComplianceMUSE