Carlsberg prévoit une année bousculée par la Russie

Carlsberg, 4e brasseur mondial et propriétaire notamment de Feldschlösschen,  mise désormais sur une évolution de son bénéfice d'exploitation comprise entre un recul de 5% et une hausse de 2 % sur l'ensemble de l'année (archives). ©KEYSTONE/dpa/Marcus Brandt
Boissons alco..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Avec les contraintes liées à la pandémie de Covid derrière lui, le brasseur danois Carlsberg a annoncé jeudi une hausse de son chiffre d'affaires au premier trimestre, mais table sur des résultats annuels plus bas suite à sa décision de quitter la Russie.

Le numéro 4 du secteur mise sur une évolution de son bénéfice d'exploitation comprise entre un recul de 5% et une hausse de 2 % sur l'ensemble de l'année, indique-t-il dans son rapport qui, comme la Bourse de Copenhague l'y autorise, ne comporte que le chiffre d'affaires trimestriel.

De janvier à mars, ce dernier s'est élevé à 14,9 milliards de couronnes (2,05 milliards de francs), une hausse de 26,5%.

Carlsberg, qui ne publie plus son résultat net que tous les six mois, a fait état d'une augmentation des ventes en volume de 8,6% lors du trimestre, avec 15,4% d'augmentation en Europe occidentale, et 10,5% en Asie mais un recul de 2,1% en Europe centrale et orientale.

"Le premier trimestre n'a vu qu'un impact limité de la guerre. Le groupe a connu un bon début d'année", a noté le PDG, Cees't Hart, qui a relevé que le premier trimestre 2021 marqué par les restrictions liées au Covid avait été exceptionnel et difficilement comparable.

Fin mars, le groupe avait indiqué mettre en vente de ses importantes activités en Russie où il compte 8.400 employés et détient depuis 2000 la marque russe Baltika, à la suite de l'invasion de l'Ukraine. Cette vente pourrait prendre jusqu'à un an.

ATS
Catégories