Boudry: 200 traitements par jour pour des permis S

Des réfugiés ukrainiens attendent leur tour dans le cadre de la procédure d'enregistrement. ©KEYSTONE/VALENTIN FLAURAUD
Ukraine
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Les six centres fédéraux d'asile octroient 1200 permis S pour des réfugiés ukrainiens par jour, soit 200 par unité. A Boudry (NE), l'établissement a augmenté sa capacité d'hébergement de 460 à 700 places, même si les réfugiés y restent au maximum 48h.

"La décision d'attribution à un canton ou à une famille d'accueil est rendue dans la journée ou au pire le lendemain", a déclaré Pierre-Alain Ruffieux, responsable pour la Suisse romande au Secrétariat d'Etat aux migrations (SEM). Pour éviter des goulets d'engorgement à Boudry et dans les autres centres, les Ukrainiens, qui ont un toit, sont invités à s'inscrire en ligne, via une nouvelle plateforme mise en place dès ce jeudi.

En temps normal, les centres fédéraux enregistrent 1000 demandes par mois, alors qu'elles se montent à 1000 par jour actuellement. Plus de 8000 demandes d'Ukrainiens ont déjà été enregistrées. "On a mis en place une task force spéciale qui occupe les deux tiers du personnel qui travaille à Boudry", a expliqué Pierre-Alain Ruffieux.

La moitié des Ukrainiens, qui vient s'enregistrer, est déjà logée dans une famille. Pour les autres, le centre les nourrit et les héberge une nuit ou quelques jours, le temps qu'ils puissent atteindre le canton ou la famille d'accueil qui leur a été attribué.

Contrôle de l'identité

"Nous pouvons loger tout le monde et personne ne dort dehors", a expliqué le responsable du SEM. De même, si une personne n'est pas encore enregistrée en ligne ou n'a pas encore de permis S, elle peut bénéficier de soins médicaux, si elle en a besoin. A Boudry, des réfugiés diabétiques, avec besoin d'une dialyse, ou en chaise roulante, ont été traités avec une attention particulière.

"Nous sommes particulièrement vigilants au risque de traite de femmes et aux mineurs non accompagnés. Des courts entretiens sont menés avec les jeunes filles", a ajouté Pierre-Alain Ruffieux.

Tout comme les autres centres, Boudry, qui a une capacité d'enregistrement de 200 demandes par jour, peut légèrement augmenter la cadence mais pas la doubler. "La difficulté est de s'assurer du contrôle de l'identité. On est en discussion avec les douanes et les polices pour obtenir davantage de spécialistes de l'identité".

La vérification est une étape importante pour l'obtention du permis S. "Des personnes avec de faux titres de séjours ukrainiens" ont déjà essayé de se faire enregistrer, a expliqué Pierre-Alain Ruffieux.

ATS
Les articles les plus lus