Astrazeneca: bénéfice lesté de charges exceptionnelles

Astrazeneca a subi une chute de son bénéfice net au premier trimestre. (archives) ©KEYSTONE/AP/TED S. WARREN
Pharma
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le géant pharmaceutique Astrazeneca a subi une chute de son bénéfice net au premier trimestre. Le groupe britannique a notamment souffert de l'envolée des coûts et d'une charge exceptionnelle liée au coûteux rachat d'Alexion, alors que ses recettes ont bondi.

Le bénéfice net part du groupe a chuté de 75% à 386 millions de dollars (370,47 millions de francs), mais le chiffre d'affaires a augmenté de 56% à 11,39 milliards de dollars, d'après un communiqué vendredi. Le résultat pâtit d'une lourde charge juridique de 775 millions de dollars liées à un accord de règlement amiable avec Chugai Pharmaceutical d'un différend hérité d'Alexion.

Les ventes en oncologie ont augmenté de 25% tandis que celles liées aux traitements pour les maladies rares, spécialité d'Alexion, sa filiale rachetée pour 39 milliards de dollars, ont augmenté de 7%. L'action d'Astrazeneca reculait de 0,06% à 10.556,00 pence vers 08H00 GMT dans un marché en légère hausse.

"2022 a bien commencé pour AstraZeneca", affirme dans le communiqué Pascal Soriot, le directeur général. Il souligne que le médicament contre le diabète Farxiga a "atteint 1 milliard de dollars de recettes ce trimestre" et que les ventes en oncologie ont fortement progressé alors même que la persistance du Covid-19 ralentit les diagnostics et traitements contre le cancer.

Au cours du trimestre écoulé, les ventes liées au Covid-19 ont augmenté, a souligné M. Soriot lors d'une conférence en ligne. Les ventes du vaccin Vaxzevria, qui fut l'un des premiers sur le marché avec celui de Pfizer, ont atteint 1,145 milliard de dollars, et celles du médicament préventif à base d'anticorps Evusheld 469 millions de dollars.

Astrazeneca souligne que le chiffre d'affaires provenant des ventes de médicaments liés à la pandémie de covid-19 devrait baisser de 20 à 25% sur le restant de l'année, avec le recul anticipé des recettes de son vaccin Vaxzevria, dont les achats ne sont pas renouvelés au Royaume-Uni et dans d'autres pays, qui devrait être "partiellement compensé par la croissance de celles d'Evusheld".

Le laboratoire précise que la majorité de ses recettes de Vaxzevria cette année devraient venir de premiers contrats, et que la marge brute de médicaments contre le Covid devrait ressortir inférieure à celle de la moyenne des produits du groupe. Le groupe dévoile aussi vendredi un projet de nouveau laboratoire de recherche et développement "dans le centre scientifique" de Cambridge, dans le Massachusets aux Etats-Unis.

Il devrait accueillir 1500 personnes, précise le communiqué sans chiffrer cet investissement qui doit être réalisé en 2026. M. Soriot note que ce nouveau site sera une "étape importante après l'acquisition d'Alexion en juillet 2021" pour accélérer les synergies scientifiques.

Le centre de recherche d'Alexion reste pour l'instant à New Haven, dans le Connecticut, également au nord de la côte est des Etats-Unis. Pour le reste de l'année le groupe souligne que les dépenses opérationnelles hors éléments exceptionnels devraient continuer à augmenter avec les dépenses liées à l'intégration d'Alexion.

ATS
Les articles les plus lus