Assaut du Capitole: poursuites demandées contre un allié de Trump

Mark Meadows, réputé très discret, risque la prison (archives). ©KEYSTONE/AP/Patrick Semansky
Etats-Unis
Keystone-ATS
Keystone-ATS

La pression monte dans l'entourage de Donald Trump, des élus américains ayant recommandé lundi des poursuites pénales contre l'ancien chef de cabinet du milliardaire républicain, Mark Meadows. Ce dernier refuse de coopérer à leur enquête sur l'assaut du Capitole.

Cette commission parlementaire, mise sur pied pour comprendre le rôle précis de l'ex-président et son entourage dans l'attaque du congrès américain le 6 janvier 2021, a voté à l'unanimité en faveur de poursuites visant l'ancien "chief of staff" de Donald Trump.

Mark Meadows, un des plus proches conseillers du 45e président des Etats-Unis d'Amérique au moment où des milliers de ses partisans avaient envahi le Capitole pour tenter de bloquer la certification de la victoire de Joe Biden à la présidentielle, est au coeur de toutes les attentions.

L'homme de 62 ans a fourni des milliers de pages de documents officiels, courriels et SMS aux enquêteurs, mais refuse coûte que coûte de témoigner auprès de cette commission. Il risque des poursuites, au motif qu'il tente, par son silence, "d'entraver une enquête du congrès".

"Profonde implication"

"Les SMS et les e-mails de Mark Meadows révèlent sa profonde implication dans la préparation de l'attaque du 6 janvier", a estimé lundi soir l'élu Jamie Raskin.

Lors du vote, lundi, la représentante républicaine Liz Cheney a dévoilé des messages envoyés ce 6 janvier à M. Meadows par Donald Trump Jr, le fils du président, et par des personnalités de la chaîne conservatrice Fox News, l'exhortant à demander au président de prendre la parole pour faire reculer ses partisans, qui prenaient alors d'assaut le congrès.

La recommandation de ces neuf élus devrait être adoptée dès mardi à la chambre des représentants avant d'être transmise au ministère de la justice. C'est à lui que revient la décision finale d'inculper Mark Meadows. Cet ancien haut responsable de la Maison-Blanche, réputé très discret, risque la prison.

Le sulfureux Steve Bannon, un des artisans de la victoire de M. Trump en 2016, qui a lui aussi snobé la commission d'enquête, a déjà été inculpé pour le même motif.

L'élu démocrate et membre de la commission Adam Schiff a prévenu dans un communiqué que si d'autres témoins prévoyaient de ne pas répondre aux convocations de la commission spéciale, ils pourraient également "risquer de la prison".

ATS
Catégories