"Argent occulte" des campagnes: les républicains bloquent un texte

"Aujourd'hui, les républicains du Sénat se sont rangés aux côtés de leurs méga-donateurs et leurs intérêts secrets pour protéger la force qui corrompt le plus la politique américaine: l'argent occulte", a regretté le sénateur démocrate Sheldon Whi... ©KEYSTONE/CHRISTIAN BEUTLER
Etats-Unis
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Les républicains au Sénat américain ont bloqué jeudi le passage d'un projet de loi censé apporter davantage de transparence dans les sommes astronomiques irriguant les campagnes électorales. Une réforme soutenue par le président Joe Biden.

Aux Etats-Unis, il est possible pour des groupes de pression et associations de lever d'énormes sommes d'argent sans devoir révéler leur provenance, pour ensuite les dépenser en faveur d'un candidat, d'un parti ou d'une idée.

La presse américaine a révélé cet été l'exemple d'un gigantesque don de 1,6 milliard de dollars fait à une association de ce type, le très conservateur Marble Freedom Trust, qui mobilise entre autres contre le droit à l'avortement.

Confiance érodée

"Il y a beaucoup trop d'argent qui circule dans l'ombre pour influencer nos élections. On appelle cela l''argent occulte'", et son existence "érode la confiance" des citoyens, avait dénoncé le président américain Joe Biden en début de semaine.

Le projet de loi "Disclose" ("Dévoiler" en français) prévoyait d'obliger tout groupe de pression ou association agissant ainsi à déclarer leurs donateurs dès que la somme donnée excédait 10'000 dollars pendant un cycle électoral.

"Aux côtés de leurs méga-donateurs"

Mais tous les sénateurs républicains se sont opposés à cette réforme, arguant que le gouvernement fédéral devrait rester en dehors de la réglementation du financement des campagnes.

"Aujourd'hui, les républicains du Sénat se sont rangés aux côtés de leurs méga-donateurs et leurs intérêts secrets pour protéger la force qui corrompt le plus la politique américaine: l'argent occulte", a regretté le sénateur démocrate Sheldon Whitehouse, à l'origine de la réforme proposée.

ATS
Catégories
Les articles les plus lus