Antonio Guterres appelle Moscou à coopérer avec la CPI

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres effectue sa première visite en Ukraine depuis le début de l'invasion russe. Il s'est notamment rendu à Borodianka et Boutcha, où les Russes sont accusés d'avoir commis des exactions. ©KEYSTONE/EPA/Laurence Figa-Talamanca
Ukraine
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a appelé jeudi Moscou à "accepter de coopérer" avec l'enquête de la Cour pénale internationale (CPI) sur de possibles crimes de guerre perpétrés en Ukraine. Il a dénoncé "l'absurdité" de la guerre au XXIe siècle.

"Quand nous voyons ce site horrible, je vois combien il est important d'avoir une enquête complète et d'établir les responsabilités", a déclaré M. Guterres lors d'une visite à Boutcha, banlieue de Kiev devenue symbole des atrocités commises depuis le début de l'invasion russe.

Il a appelé "la Russie à accepter de coopérer avec la CPI". Kiev accuse les Russes d'avoir massacré des civils à Boutcha, à Borodianka, et dans d'autres banlieues de Kiev que les troupes russes ont occupées en mars avant de s'en retirer.

Le 13 avril, le procureur de la CPI, le Britannique Karim Khan, s'était rendu à Boutcha et avait qualifié l'Ukraine de "scène de crime". Il a annoncé qu'une équipe médico-légale allait travailler à Boutcha.

Il a depuis précisé que ses enquêteurs allaient travailler conjointement avec l'équipe commune d'enquête (JIT) formée en mars par la Lituanie, la Pologne et l'Ukraine avec le soutien d'Eurojust, l'agence de l'Union européenne pour la coopération judiciaire, pour faciliter la collecte de preuves.

Guerre "inacceptable"

Pour sa première visite en Ukraine depuis le début du conflit le 24 février, M. Guterres visitait jeudi matin Boutcha et Borodianka. "J'imagine ma famille dans une de ces maisons aujourd'hui détruites et noircies", avait-il déclaré plus tôt devant des habitations en ruines à Borodianka.

"Je vois mes petites-filles courir en panique. La guerre est une absurdité au XXIe siècle, aucune guerre n'est acceptable au XXIe siècle", avait-il ajouté.

Avant de retourner à Kiev où il devait rencontrer dans l'après-midi le président ukrainien Volodymyr Zelensky, M. Guterres a poursuivi sa visite à Irpin, où les combats entre forces russes et ukrainiennes furent particulièrement sanglants.

"Tout le monde devrait toujours se souvenir d'une chose: quelle que soit la guerre, ce sont toujours les civils qui paient le prix le plus élevé", y a-t-il déclaré, devant un immeuble d'habitation en partie détruit par les bombardements.

Le secrétaire général de l'ONU est arrivé mercredi soir en Ukraine après une visite mardi à en Russie. A Moscou, il a rencontré le président russe Vladimir Poutine et demandé à la Russie de collaborer avec l'ONU pour permettre l'évacuation des civils des zones bombardées, notamment dans l'est et le sud de l'Ukraine, où les forces russes concentrent leur offensive.

ATS