Alexandre Quennoz: «On est clairement sous pression»

Alexandre Quennoz ©Rhône FM
Football
Christophe Moreillon
Journaliste sportif

Si la trêve internationale offre un week-end de répit à la première équipe, les M21 du FC Sion seront eux en lice ce samedi. Avant-derniers de Promotion League, les hommes d’Alexandre Quennoz se doivent de remonter la pente.

À l’instar de la première équipe, les M21 du FC Sion vivent un début de saison poussif. Après près de la moitié du championnat, ils pointent à l’avant-dernier rang du classement de Promotion League. Jusqu’à la semaine dernière, ils occupaient même le fauteuil de lanterne rouge avant de décrocher un succès important dans le choc des mal-classés sur la pelouse des Saint-Gallois de Brühl (1-0).

«Cette rencontre à Brühl, c’était une vraie bataille.»Alexandre Quennoz

«Ce succès était essentiel», affirme l’entraîneur de la réserve sédunoise Alexandre Quennoz. «On sortait de deux matches très compliqués, lors desquels on avait encaissé beaucoup de goals (ndlr: 0-4 contre Zurich II et 3-7 contre Breitenrain). Cette rencontre à Brühl, c’était une vraie bataille. Les deux équipes jouaient gros. On a su être sérieux et solides défensivement pour obtenir une victoire somme toute méritée. Même si la fin était un peu houleuse…»

Une ligue en constante progression

Si ces trois points font du bien au moral des jeunes Valaisans, leur position reste critique avant les quatre derniers matches de l’année civile. «Plusieurs paramètres doivent être pris en compte pour expliquer ce début de saison délicat», relève Alexandre Quennoz. «Le niveau de la Promotion League s’améliore chaque année. L’an dernier, des équipes comme Köniz ou Münsingen étaient un peu moins performantes et elles sont tombées. À l’inverse, des formations ambitieuses sont montées. Regardez le dernier tour de Coupe de Suisse, Carouge qui élimine Bâle, Chiasso qui embarque Saint-Gall en prolongations, cette ligue est vraiment compliquée.»

«Être à la tête d’une équipe à forte connotation valaisanne me rend fier. Même si miser sur des éléments aussi jeunes peut comporter son lot de difficultés.»Alexandre Quennoz

Autre explication avancée par le coach valaisan: le changement de philosophie opéré par le club dans un passé récent. «Depuis deux ans, on intègre bien plus de jeunes du cru au sein de notre équipe M21. Avant ça, on allait plutôt chercher des joueurs à l’extérieur, le budget pour l’équipe était supérieur à celui de cette année… Mais pour moi, la voie choisie est la bonne. Être à la tête d’une équipe à forte connotation valaisanne me rend fier. Même si miser sur des éléments aussi jeunes peut comporter son lot de difficultés.»

Un déficit physique et un manque d’expérience

Parmi celles-ci: un déficit tant au niveau physique que d’un point de vue de l’expérience du groupe. «On souffre dans les duels même si on travaille énormément cet aspect-là durant la semaine. On se rend compte aujourd’hui que ce ne sont plus seulement des joueurs de foot mais de vrais athlètes. Contre certaines équipes, on se fait donc bousculer alors que contre d’autres, on paie notre manque d’expérience. Nos adversaires jouent ensemble depuis des années, ils se connaissent parfaitement et ont des automatismes qui peuvent nous manquer dans les moments clés des matches.»

«On est tributaires de l’apport des joueurs de la première équipe.»Alexandre Quennoz

Pour combler le manque d’expérience de sa jeune garde, Alexandre Quennoz peut toutefois compter sur le renfort d’éléments venus de la première équipe. À titre d’exemple, samedi dernier à Brühl, ils étaient six titulaires à avoir déjà quelques minutes de Super League dans les jambes (ndlr: Arian Kabashi, Jean Ruiz, Yamato Wakatsuki, Mauro Rodrigues, Théo Berdayes et Jared Khasa). «On est un peu tributaires de cet apport», souffle l’ex-défenseur. «Cela peut parfois être difficile à vivre en tant qu’entraîneur mais ça fait partie de mon cahier des charges (rires). Il faut préciser que dans un championnat aussi homogène, un ou deux joueurs de la première équipe ne suffisent pas à métamorphoser l’équipe.»

Des états d’âme à gérer

Le rôle du technicien qu’il est consiste – aussi – à jongler avec les états d’âme de ces éléments venus du groupe professionnel. «Souvent, ils descendent car ils sont en manque de temps de jeu. La confiance n’est donc pas maximale. D’autres ne sont pas forcément à 100% physiquement ou sont frustrés de venir avec nous. Toutes ces petites choses expliquent pourquoi leur rendement n’est pas total en Promotion League.»

«Parfois, on se retrouve donc avec une équipe très compétitive, avec beaucoup d’expérience et d’autres fois avec une vraie formation M21.»  Alexandre Quennoz

Alexandre Quennoz qui explique comment se passe la relation entre les staffs respectifs de la «une» et des M21. «La priorité est toujours donnée à la première équipe. De notre côté, on leur communique les postes où l’on aurait besoin de renfort le week-end mais la décision leur appartient. Parfois, on se retrouve donc avec une équipe très compétitive, avec beaucoup d’expérience et d’autres fois avec une vraie formation M21.»  Et qu’en est-il lorsqu’un changement d’entraîneur intervient sur le banc des pros? «Honnêtement, le club me laisse une grande liberté en terme de philosophie de jeu. Je ne suis pas forcé de transmettre les mêmes idées que mon homologue de la 1ère équipe. L'identité de celui-ci ne change rien. Notre relation porte vraiment sur ces choix de savoir quels joueurs méritent de monter en 1ère équipe ou quels joueurs doivent descendre pour avoir du temps de jeu. À nous d’y mettre du nôtre pour que chacun y trouve son compte.»

Un maintien essentiel

Pour l’avenir du club et des bienfaits de cette collaboration entre les deux équipes, Alexandre Quennoz sait que son groupe se doit de remonter la pente au classement et de se maintenir en Promotion League. «On est clairement sous pression, je ne vous le cache pas. On en a parlé l’autre jour avec Gelson (ndlr: Fernandes, le vice-président) et on est conscient qu’il faut arrêter d’appeler notre équipe «les M21». On est «l’équipe de Promotion League», dans une ligue compliquée et dans un championnat d’adultes. Cette place doit rester la nôtre!»

Ce samedi Alexandre Quennoz et sa troupe auront l’occasion de confirmer leur succès de la semaine dernière et de grimper un peu plus au classement. Ils accueillent les Zurichois d’YF Juventus à 15h00 à Savièse.

CM
Thèmes liés à l'article
FootballFC Sion M21Promotion League
Catégories
Dossier FC Sion