Agressions zoophiles à Martigny : l'auteur court toujours, les éleveurs se mobilisent

Wendy Pichard et la jument Honey ©Rhône FM
Police
Thomas Schurch
Journaliste RP

En l'espace d'un mois, deux juments ont été agressées sexuellement dans la région du coude du Rhône. Il pourrait s'agir d'un seul et même auteur. Les éleveurs se mobilisent afin de protéger leurs animaux.

Au coude du Rhône, les propriétaires de chevaux ne cachent plus leurs craintes. En l'espace d'un mois, deux juments ont été agressées sexuellement. Les faits se sont déroulés à Saxon à la mi-août, puis à Martigny la semaine passée. "Le mode opératoire semble toujours le même", confie sur Rhône FM Stève Léger porte-parole de la Police cantonale valaisanne, confirmant une information parue dans le Nouvelliste.

"Nos investigations battent leur plein, nous voulons mettre la main sur cet étrange personnage"Stève Léger, Police cantonale

L’auteur agit de nuit dans des parcs privés. Avec un objet contondant, il occasionne d’importantes blessures aux organes génitaux des juments. Il pourrait s'agir d'un seul et même agresseur. "Nos investigations battent leur plein, nous voulons mettre la main sur cet étrange personnage".

Le point sur l'enquête avec Stève Léger, de la Police cantonale

Reste que sur place, l’inquiétude grandit et les propriétaires de chevaux s’organisent. Des groupes sont constitués, des rondes de nuit organisées. Nous vous proposons le témoignage de Wendy Pichard, responsable au refuge de la Bouche qui Rit à Saxon. C’est là que le mois passé, une jument de 28 ans été agressée.

Sur place, on s'organise pour protéger les animaux

On notera que deux autres agressions similaires ont été enregistrées récemment dans les cantons de Vaud et Fribourg. Pour l’heure, aucune interpellation n’a eu lieu.

Une silhouette filmée la nuit
Un élément pour les enquêteurs ? A Saxon, quelques jours après l'agression commise à l'encontre d'une jument, une caméra de vidéosurveillance a capté la silhouette d'une personne présente la nuit dans le parc du refuge de la Bouche qui Rit. Il s'agirait d'un homme d'environ 1m70, de corpulence moyenne. Ecoutez Wendy Pichard :
"Il s'est approché du parc de nuit"
TS
Thèmes liés à l'article
zoophiliePolice cantonale
Catégories