Abdeslam est entré dans un café et a "renoncé" à se faire exploser

Salah Abdeslam (à gauche) affirme regardé les gens autour de lui et s'être dit: "Non, je vais pas le faire" (archives). ©KEYSTONE/AP Noelle Herrenschmidt
Procès du 13-..
Keystone-ATS
Keystone-ATS

Salah Abdeslam, le principal accusé au procès du 13 novembre 2015 à Paris, a affirmé mercredi être rentré dans un café à Paris le soir des attentats, muni de sa ceinture explosive. Il a toutefois "renoncé" à se faire exploser.

"Je vais rentrer dans ce café, je vais commander une boisson, je vais regarder les gens autour de moi et je me suis dit 'Non, je vais pas le faire'", a déclaré le seul membre encore en vie des commandos lors de son dernier interrogatoire devant la cour d'assises spéciale de Paris.

Le Français de 32 ans avait exercé son droit au silence lors de son précédent interrogatoire le 30 mars. "C'est parce que je ne me suis pas senti écouté", a-t-il lancé. "Je fais marche arrière, je vais m'expliquer parce que c'est la dernière fois que j'aurai l'occasion de le faire", a ajouté le principal accusé.

Dans la salle, son annonce a été accueillie par des soupirs de soulagement. "Tous les gens ici présents ont besoin de mes réponses. Je ne promets rien, je vais faire de mon mieux", a déclaré Salah Abdeslam.

"Un choc"

Il a commencé par expliquer avoir été mis au courant du projet d'attentats par Abdelhamid Abaaoud, le chef opérationnel de ces attaques djihadistes, "le 11" novembre 2015.

"Il va me dire le projet, pas les cibles, mais me dire que vais devoir porter une ceinture explosive et me faire exploser", a-t-il détaillé debout dans le box.

"Moi, je devais partir en Syrie", a assuré Salah Abdeslam. "Quand il m'a dit 'tu vas te faire exploser', c'est un choc pour moi", dit-il. Il va pourtant "finir par accepter".

Voiture en panne

Le soir du 13 novembre 2015, "je vais sortir et je vais me rendre vers l'objectif qu'on m'a fixé", un bar du XVIIIe arrondissement de Paris, a commenté le principal accusé. Après avoir "renoncé", il a "repris la voiture" avec laquelle il avait convoyé les trois kamikazes au Stade de France, mais celle-ci "est tombée en panne", a-t-il dit.

Il a ensuite passé plusieurs heures à Paris et dans sa proche banlieue avant que deux amis viennent le chercher et le ramènent à Bruxelles, où il sera interpellé quatre mois plus tard, le 18 mars 2016.

ATS
Les articles les plus lus