Abattre des loups avant même qu'ils n'attaquent ? L'idée se précise à Berne

Thomas Egger, directeur du SAB, image d'archive ©keystone-ATS
Politique
Thomas Schurch
Journaliste RP

Le loup fait à nouveau parler de lui et c'est à Berne que tout se joue. Une commission du Conseil national veut une révision de la loi sur la chasse. L'objectif est clair : il faut pouvoir réguler la population de loups, de plus en plus nombreuse.

Abattre des loups, avant même qu'ils n'attaquent, cela pourrait devenir une réalité. A Berne, la Commission de l'environnement du Conseil national approuve une initiative autorisant les tirs préventifs. Un projet de loi doit être élaboré. Le Groupement suisse pour les régions de montagne salue cette décision. Pour son directeur, le Valaisan Thomas Egger, le temps presse, il faut agir. Ecoutez-le

"Déjà aujourd'hui, des loups se promènent à l'intérieur des villages"

Abattre un loup de façon préventive pourrait devenir une réalité d'ici deux ans. Un consensus aurait été trouvé autour de neuf organisations concernées. Un compromis "historique", affirme Thomas Egger.

"La nouvelle loi pourrait entrer en vigueur début 2024"

On notera enfin qu'avec ce projet de révision de loi sur la chasse, la compétence restera aux mains de la Confédération. C'est toujours Berne, et non pas les cantons, qui donnera "in fine" l'autorisation de tirer ou non, un loup.

TS
Thèmes liés à l'article
LoupLoi sur la chasseSAB