Retour

Don d'organes : si elle s'améliore, la Suisse peut faire nettement mieux. Peut-être en inversant ses priorités

Le registre national du Don d'organes et de tissus permet d’enregistrer votre décision pour ou contre un don d’organes

158 donneurs d'organes en 2018. Pour tout un pays, le chiffre semble léger mais c'est un record, annonce Swisstransplant.
C'est dire qu'avec 1412 personnes toujours en attente au 31 décembre passé, la course n'est pas gagnée puisque chaque année, des vies sont perdues, faute d'organe disponible : 68 l'an passé.
Actuellement, tous les concernés attendent l'issue des débats autour de l'initiative dite "pour sauver des vies en favorisant le don d'organe".
Si la Fondation nationale suisse pour le don et la transplantation d’organes la soutient avec force, elle a aussi dû mettre sur pied des moyens pour savoir qui est donneur et qui ne souhaite pas l'être.
Sur son site, le registre national du Don d'organes permet de s'inscrire, comme donneur, ou non. Et ça marche plutôt bien, selon Pierre-Yves Maillard. Le président de Swisstransplant l'explique à Christian Hermann

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23