Retour

10.07.2019 - 09:38

Transports de chlore: quelles améliorations en matière de sécurité ?

En moyenne, plus de 300 tonnes de ce produit traversent chaque semaine notre canton à destination de Monthey et de Viège. Les transports de chlore sont vitaux à l'industrie chimique valaisanne. Et depuis quelques années, la sécurité de ces convois a été renforcée. C'est du moins ce qu'assurent les différents partenaires responsables de ces transports. Depuis l'accident de Daillens en 2015, de nouvelles réflexions ont été entreprises. Autour de la table, on retrouve la Confédération, les CFF et les milieux industriels. Des réflexions suivies de très près par l'Etat du Valais. En 2016, plusieurs améliorations ont été décidées. Elles sont aujourd'hui en vigueur. Daniel Bonomi, adjoint du chef de Section prévention des accidents majeurs, au sein de la Confédération:

 

 

Des convois nocturnes circulant à 40km/h et de nouveaux itinéraires qui passent par l'Italie plutôt que par la France. Un progrès donc. Mais la situation ne devrait pas en rester là. Nicolas Bolli, chef du Service valaisan de la protection des travailleurs et des relations du travail:

 

 

Confirmation de Lonza, qui nous dit que les volumes nécessaires de chlore sont trop faibles pour que ça en vaille véritablement la peine. Malgré toute ces améliorations, le risque zéro n'existe pas. En cas d'incident, les pompiers des sites chimiques de Monthey et Vièges se tiennent prêt à intervenir. Et si nécessaire, main dans la main. Marie-Claude Ecoeur, cheffe du service Protection sur le site chimique de Monthey:

 

 

Ces transports de chlore restent donc une préoccupation majeure, que ce soit pour les milieux concernés, la population ou le monde politique. Et pour le Valais, leur gestion est un véritable numéro d'équilibristes, entre protection de la population et défense d'une économie qui pèse plusieurs milliers d'emplois.


RB

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23