Retour

13.09.2016 - 09:18

Séismes : l'actualité italienne relance les questions en Valais

Le Valais doit s'attendre à un séisme d'ampleur (magnitude sup. à 6 sur l'échelle de Richter) avant 2050
Le Valais doit s'attendre à un séisme d'ampleur (magnitude sup. à 6 sur l'échelle de Richter) avant 2050

Les séismes qui ont secoué le centre de l’Italie il y la 24 août, relancent la recherche de responsables parmi les constructeurs et les pouvoirs publics.
Comme en 2009 à l’Aquila, les conséquences du tremblement de terre en Ombrie laissent perplexe en Valais, canton au risque sismique le plus élevé de Suisse avec Bâle. En marge de négociations en faveur d'une assurance sismique nationale - écartée jusqu'ici sous la coupole fédérale - , l’autorité cantonale a depuis plus de 15 ans, lancé un programme de réfection parasismique pour les bâtiments publics. En plus, depuis 2004, toutes les nouvelles constructions doivent se conformer aux normes parasismiques.
S’y ajoutent des formations aux ingénieurs pour en faire des experts du parasismique et un centre pédagogique de prévention des séismes depuis cette année, à Sion, mis sur pied avec la HES-SO (filière ingénierie), le Service sismologique suisse et l’EPFZ.

Entre responsabilité publique et individuelle

Sans mesures contraignantes pour tous les bâtiments et au vu des risques déjà clairement identifiés, le chantier est encore titanesque selon Jean.-Daniel Rouiller, président du comité directeur au Crealp.
Dans l’immédiat, et avec les mesures préventives lancées par le canton pour réagir à de telles catastrophes, l’ancien géologue cantonal mise sur les expertises d’ingénieurs formés spécifiquement sur l’évaluation des risques sismiques. « Elles permettent au moins au propriétaire de se faire une idée sur les moyens pour renforcer le bâti au bon endroit », estime Jean-Daniel Rouiller. Quant au locataire (à découvrir : l'interview de Pierre Zwahlen, secrétaire général adjoint à l'ASLOCA Suisse), il est en droit, dit-il de savoir si le logement qu’il occupe est en conformité ou non avec les normes parasismiques… et peut donc choisir s’il veut rester ou non. Mais en cas de catastrophe, « il y aura forcément des cas où on invoquera la responsabilité de tiers…et à ce moment là, ce sera peut-être le canton » prévient Jean-Daniel Rouiller.


Christian Hermann

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23