Retour

05.11.2019 - 10:22

Prix du livre: versions francophones jusqu'à deux fois plus chères que les versions germanophones

©photoval.ch

Du simple au double : la différence de prix entre les livres francophones et germanophones est parfois énorme. Concurrence et taxes des importateurs : analyse des causes.

 

Quand il s'agit du prix, lecteurs francophones et germanophones ne sont pas toujours logés à la même enseigne. Pour un même livre, les romands doivent parfois dépenser presque deux fois plus que leurs voisins alémaniques. C'est le cas avec le célèbre Guinness book des records, vendu sur certains sites à 28 francs 50 pour la version écrite dans la langue de Goethe et 49.90 dans celle de Molière. Exemple aussi avec la saga Harry Potter. Le quatrième tome des aventures du petit sorcier, dans sa version illustrée par Jim Kay, coûte 49,90 en allemand, et plus de 70.- francs en français.

 

Systèmes et pratiques différentes

La libraire Françoise Berclaz, qui tient son commerce à Sion, connait bien le marché du livre et ne voit rien d'étonnant à ce phénomène. «Pratiques différentes d’un pays à l’autre et concurrence interne différente. Quand les grossistes allemands n'hésitent pas à casser les prix pour se démarquer, les importateurs romands, eux, profitent d'un quasi-monopole pour gonfler les tarifs.»

 

Pour combattre ce type de situation, une initiative pour des coûts équitables a été lancée. Une initiative pour permettre au PME de se fournir directement à l’étranger pour échapper au racket des importateurs, et qui pourrait s'appliquer à plus d'un marché, au-delà de celui du livre. Elle est actuellement discutée sous la coupole fédérale.

 

Le combat des petits libraires continue

Françoise Berclaz de son côté, s'est battue durant des années pour instaurer un prix unique du livre. Projet finalement balayée en 2012 par un referendum. Françoise Berclaz a-t-elle abandonné la lutte depuis cette date? «Je ne dirais pas que nous avons abandonné, mais nous avons fait une très belle campagne qui a sensibilisé le public à l’importance de garder des librairie de proximité. Mais les difficultés sont toujours les mêmes, la plus grande étant l’illusion selon laquelle les livres seraient meilleur marché dans les grandes surfaces. Qui sait peut-être qu’un jour un projet de loi pour un prix réglementé du livre reviendra sur la table. ça ne m’étonnerait même pas», termine-t-elle en souriant. 

 

Toutefois, Françoise Berclaz l'affirme, l'instauration d'un prix unique du livre ne suffirait pas à elle seule, à effacer les écarts de tarifs entre les versions françaises et allemandes.


Oriane Binggeli

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23