Retour

11.04.2019 - 17:07

Philippe Gaillard, héros du Rwanda, a sauvé 80'000 personnes du génocide

C'était-il y a 25 ans. Avril 1994, le début des massacres au Rwanda, le début du génocide. Sur place, le Valaisan Philippe Gaillard est le chef de la délégation de la Croix-Rouge. Durant 100 jours, lui et ses hommes vont sauver quelques 80'000 personnes.

 

C'est un homme d’une soixantaine d’années, cigarette au bec et barbe grisonnante que nous rencontrons chez lui, dans sa maison de Saint-Pierre-de-Clages. L'homme a tourné la page, il est aujourd'hui actif dans la vigne, il fait sécher des fromages dans sa cave en pierre.

 

Elle semble tellement loin cette époque. Celle où il était là-bas. Lorsqu'on lui en parle, il s'assied, s'allume une cigarette sans filtre et parle. Une voix calme et posée. Il revit l’instant.

 

Kigali, capitale du Rwanda. Avril 1994. Philippe Gaillard est à la tête de la délégation du CICR, la fameuse Croix-Rouge. 150 personnes environ sont sous ses ordres. Tout commence par un attentat. L'avion du président du Rwanda est atteint par un missile. C'est le signal, le début des massacres. Nous sommes le 6 avril. «Je vois des groupes de gens avec des machettes, à 300 mètres de moi. Ils courent après d’autres gens... Pour les tuer, leur couper la tête, leur briser la mâchoire. Pas un seul village n’est épargné.»

 

Philippe Gaillard poursuit. «La machette, tout le monde en a une là-bas. La machette au Rwanda, c’est comme le couteau suisse ici. Ils ont tous été tués comme ça. Ou au tournevis, pour les plus pauvres qui n’avait pas de machettes.» Durant trois mois, le Croix-Rouge va «ramasser» les blessés, les «mal achevés» comme il dit. Au final, 80'000 victimes sauvées par la Croix-Rouge, 800'000 massacrées. 10%, «une goutte d'eau dans un océan d'horreur», lâche Philippe Gaillard.

 

La vie de Philippe Gaillard après le génocide, c’est  le retour au pays. Il fau tourner la page, respirer, avancer. L'homme fait deux enfants : « Après tous ces morts, j'avais besoin de donner la vie ». Il travaille encore quelques années, puis il quitte l'humanitaire. Aujourd'hui, 25 ans après, il nous confie faire encore des rêves, des cauchemars. Souvent. Il se retrouve alors au Rwanda, un jour d'avril 1994.





thomas.schurch@rhonefm.ch

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23