Retour

09.10.2019 - 11:35

Madeline et Jean-Pierre Heiniger : les Genevois à la conquête du Valais

Jean-Pierre Heiniger
Jean-Pierre Heiniger

De plus en plus de femmes font de la politique. En Valais aussi. Mais comment vivre à leurs côtés ? A deux semaines des élections fédérales, Rhône FM a rencontré les époux. Ils sont les hommes de l'ombre et s’engagent pour elles. Ce mercredi, Jean-Pierre Heiniger, mari de Madeline. (3/5)

 

Il faut l'imaginer, ce couple de jeunes genevois, qui débarque un jour, dans un petit village valaisan. Nous sommes au début des années 1990 à Mex, sur les hauts de Saint-Maurice. Jean-Pierre et Madeline Heiniger ont la trentaine. Lui, le fils de diplomate, est embauché à la direction du foyer pour adolescents «La Fontanelle». Avec sa femme Madeline, infirmière de formation, ils resteront sur place, fonderont une famille, auront quatre enfants.

 

Madeline, l’incontournable à Mex

Cette famille, résidente à Mex, s’engage totalement dans la région. Jean-Pierre devient juge de commune. Et Madeline est rapidemment incontournable. «On connaissait tout le monde, on se soutenait», se remémore Jean-Pierre Heiniger. «On s’est engagé dans la vie du village. Madeline s’est totalement investie dans la commission scolaire. Petit à petit, ces choses ont amené d’autres choses et c’est comme ça qu’elle s’est retrouvée présidente de commune». En 2005, la genevoise d'origine se retrouve à la tête du village valaisan de Mex. La toute première femme présidente, mais aussi la dernière. «Elle a engagé la fusion avec Saint-Maurice. Elle a agi d’une manière totalement différente d’un homme», poursuit Jean-Pierre Heiniger. «Ce n’est pas une grande gueule, comme disent les Genevois. C’est une force tranquille». Quand Jean-Pierre parle de Madeline, c'est avec fierté. Madeline, «une femme de caractère, décidée, mais douce». Les adjectifs ne manquent pas. Etre une femme, une qualité en politique, mais parfois, il y a des revers. «C’est sûr, il y a eu un pic avec la fusion, il y a eu des remarques, des attaques personnelles, des accusations (...) Mais tout ce qu’elle a appris au village, ça lui a été très utile pour la suite».

 

«Elle a donné une voix aux femmes !»

La fusion, c'était en 2012. Madeline Heiniger continue vite et fort. En 2013, elle est députée Centre-Gauche PCS au Grand Conseil… Et la consécration arrive en 2018, elle devient présidente de la Commission de justice du Parlement valaisan. Aujourd’hui, Madeline Heiniger vise la capitale. Elle se lance à la course au Conseil national. Alors oui, pour Jean-Pierre Heiniger c'est peut-être ça, la plus belle preuve du féminisme. L’action. «Elle a prouvé ce qu’elle valait. Nos enfants ont été extrêmement fiers, ça a eu un impact sur leur éduction. On a d’ailleurs des filles très engagées, militantes. Je suis très fier de ce qu’elle a fait, elle a osé se recréer, elle a donné une voix aux femmes, dans un petit village. Elle a été pionnière !» Ci-dessous, écoutez notre reportage !

 

Ils sont les hommes de l'ombre. Ce jeudi, nous rencontrons le docteur Bernard Barras, compagnon de Gabrielle, ancienne patronne des syndicats chrétiens, aujourd'hui candidate au Conseil National pour l'UDC. Etre le mari d'une femme politique, engagée à l'UDC, comment le vit-on ? Réponse, ce jeudi.

 

A écouter aussi:

Christian Maret, la «first lady» du Val-d’Illiez

Le docteur Bernard et la candidate UDC Gabrielle

Les Grichting: le footballeur dans l’ombre de la politicienne

Maurice Nanchen: «Avoir une femme en politique, ils pensaient que c’était une punition du ciel!»

 


Thomas Schürch

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23