18h10

19h00

Retour

26.06.2020 - 17:00

Légende du FC Sion (5/5): Andris Vanins, l'exemple au quotidien

Durant tout l’été, Rhône FM vous propose une série hebdomadaire dédiée au sport. Cette semaine, focus sur les légendes étrangères du FC Sion.

 

260 matches avec le maillot du FC Sion, forcément, ça marque. Mais si Andris Vanins est resté dans la mémoire des supporters valaisans, c’est aussi en raison d’une attitude toujours exemplaire. Dernier volet de notre série sur les légendes étrangères du FC Sion avec le gardien letton.

 

Saison 2009/2010 du FC Sion. Pour sa première sortie officielle, à Zürich face à GC, un nouveau visage apparaît dans les cages sédunoises. Ce 19 juillet 2009, c’est le baptême du feu pour un gardien letton de 1,86 mètre, cheveux blonds, yeux bleus: Andris Vanins. Le début d’une magnifique idylle. Elle durera sept ans, jusqu’à l’été 2016, avec à la clé 260 matches et deux coupes de Suisse (2011 et 2015).

 

«Les jours d’entrainement, Andris venait une heure et demi avant le début pour travailler en salle de musculation.»

 

Andris Vanins a donc duré dans un effectif sédunois en permanente évolution d’une saison à l’autre. L’ancien entraineur des gardiens du FC Sion Marco Pascolo ne peine pas à en trouver les raisons. «C’est dû à ses performances, son talent, son travail et son investissement. Il faut savoir que les jours d’entrainement, Andris venait une heure et demi avant le début pour travailler en salle de musculation. Et après l’entrainement, il remettait ça pour les soins.» Et l’ancien gardien de l’équipe de Suisse de poursuivre: «C’est comme une Formule 1, il faut entretenir le bolide, faire les réglages. Andris travaillait avant, pendant et après, il a toujours été très professionnel. Sa durée ne me surprend pas.»

 


Andris Vanins compte 99 sélections avec l’équipe de Lettonie

 

Un premier voyage… dans le Jura

 

Marco Pascolo n’est donc pas surpris non plus de voir que le Letton, aujourd’hui âgé de 40 ans, est encore en activité au FC Zürich, où il occupe le poste de deuxième gardien. Il se souvient par ailleurs parfaitement de sa première rencontre avec son futur protégé. «C’était à la Porte d’Octodure. Il venait de signer et on était en préparation, avec un match agendé dans le Jura le jour-même. On a fait le trajet ensemble en voiture. Déjà là, il ne parlait pas beaucoup», rigole Marco Pascolo.

 

«En arrivant au FC Sion, il avait déjà une belle carrière derrière-lui, notamment avec un certain nombre de matches en équipe nationale. Alors faire trois heures de voiture pour voir évoluer sa future équipe sur un terrain champêtre…Il s’est peut-être posé la question de savoir où il avait atterri !»

 

«On s’était pris le bec une fois à l’entrainement. Le lendemain matin, devinez qui débarque à la Porte avec une boite de chocolat pour s’excuser?»

 

Cet épisode permet à Marco Pascolo de saisir deux aspects importants de la personnalité d’Andris Vanins : son humilité et son respect. La suite de leur relation n’en sera qu’une continuelle confirmation. Et même quand il y a un tout début de tension entre les deux hommes, elle est vite dissipée. «On s’était pris le bec une fois à l’entrainement. On avait alors terminé la séance en ne s’adressant plus la parole», lance le Valaisan. «Le lendemain matin, devinez qui débarque à la Porte avec une boite de chocolat pour s’excuser ? C’est ça, Andris Vanins. Cette attitude veut tout dire du personnage.»

 

Toujours dans le foot à l’avenir?

 

Elle le différencie de celle de son prédécesseur, le beaucoup plus fantasque Essam El-Hadary. «C’est clair que El-Hadary reste El-Hadary. Mais Andris, c’était quelqu’un qui était à l’écoute, qui ne rechignait jamais à travailler et qui avait une sorte de simplicité dans le rapport humain.»

 

A n’en pas douter, le – long – passage d’Andris Vanins au FC Sion a marqué Marco Pascolo. Son exemplarité durant ses sept années en Valais lui fait espérer une reconversion toute tracée pour le Letton: «Je l’imagine parfaitement en entraineur des gardiens. Il faut qu’il transmette les valeurs qui l’ont accompagné durant toute sa carrière et qui ont fait son succès.» Enfin, Marco Pascolo valide complètement le choix de Rhône FM : «C’est certain qu’il a sa place parmi les légendes du club. Par rapport à tout ce que j’ai dit précédemment, il mérite d’être là.»

 

Retrouvez ci-dessous, les quatre premiers épisodes de notre série de la semaine:
Episode 1 : Otto Luttrop
Episode 2 : Gabriel Calderón
Episode 3 : Ahmed Ouattara
Episode 4: Goran Obradovic


justin.grept@rhonefm.ch

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23