Retour

24.10.2018 - 10:53

Le Valais, un terrain « propice » au tourisme de survie

Construire une cabane, apprendre à retrouver son chemin sans boussole, à faire du feu ou encore à reconnaitre des plantes comestibles : les stages de survie sont à la mode. Emeline Hébert, collaboratrice à l’Observatoire valaisan du tourisme, s’est intéressée de plus près au phénomène. Selon elle, notre canton est propice à ce genre d’activités. Cela permettrait de booster le tourisme 4 saisons, avec par exemple « la chasse aux champignons comestibles » durant l’automne.

Pour l’heure, Emeline Hébert ne recense aucune offre du genre en Valais. Les adeptes doivent se déplacer dans le Jura ou dans les Alpes françaises. « Il faut des personnes formées dans l’initiation aux techniques de survie, ce qui manque peut-être dans notre canton », explique Emeline Hébert.

Le premier Salon du survivalisme s’est tenu ce printemps à Paris. Près de 8’000 visiteurs ont fait le déplacement. « Il y a donc de la demande », souligne Emeline Hébert. Elle explique cette tendance par un besoin de retourner aux sources et une envie de limiter la dépendance au système de consommation actuel. « Les émissions de télé-réalité en milieu hostile qui se multiplient ne font que renforcer le phénomène », conclut Emeline Hébert.


CB

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23