Retour

15.05.2020 - 17:55

Le gros coup de gueule du patron des campings valaisans

Jean-Nicolas Revaz
Jean-Nicolas Revaz

Il ne comprend pas. Dans une interview accordée à Rhône FM ce jeudi, Jean-Nicolas Revaz, président de Camping-Valais, pousse un gros coup de gueule. Il dénonce le traitement auxquels les campings suisses sont soumis. «Concurrence déloyale», «mépris», «injustice»... Il ne mâche pas ses mots.

 

 

«Nous avons un gros problème», annonce-t-il d’entrée ce jeudi en fin de journée. C’est dans son camping, celui du Botza à Vétroz que nous rencontrons Jean-Nicolas Revaz, le président de l’association Camping-Valais. «J’ai l’impression que le mot camping a disparu du vocabulaire utilisé par le Conseil fédéral. C’est clair, depuis novembre dernier, nous n’avons aucune nouvelle de sa part ! Que ce soit par rapport à la fermeture des campings, que ce soit par rapport à une éventuelle réouverture, nous ne savons pas ce que nous devons faire». Jean-Nicolas Revaz avoue son désarroi : «J’ai des clients qui me posent des questions... Je ne peux pas leur répondre. J’ai des membres de l’association valaisanne des campings qui me posent des question... Je ne peux pas leur répondre.»

 

«Je suis Valaisan, j’ai le sang un peu chaud, mais c’est ce que je pense !» Jean Nicolas Revaz, patron des campings valaisans

 

Comment expliquer ce manque de dialogue avec les autorités fédérales ? «Nous sommes des mal-aimés», résume Jean-Nicolas Revaz. «Nous sommes les parents pauvres du tourisme. Quand je m’adresse à l’Etat du Valais, on me renvoie au site de la Confédération. Un site sur lequel il y a des erreurs flagrantes, des erreurs de traduction. Tout cela crée beaucoup de doutes, beaucoup de questions auxquelles nous n’avons aucune réponse ! C’est un vrai coup de gueule de ma part, je suis désolé. Je suis Valaisan, j’ai le sang un peu chaud, mais c’est ce que je pense».

 

Mépris de la clientèle ?

 

Dans notre interview, Jean-Nicolas Revaz parle d’une situation injuste. Les campings sont fermés, alors que les hôtels, auberges de jeunesse, cabanes de montagne sont ouverts. «Il faut le dire, nous ne sommes pas traités de la même manière. Est-ce que notre clientèle est considérée comme une clientèle bas de gamme ? C’est de la concurrence déloyale, tout simplement». Une situation helvétique tendue, accentuée par les décisions prises dans les pays voisins. Les campings ont ouvert en Allemagne, ils le seront en Autriche à partir du 29 mai. «On demande aux Suisses de passer leurs vacances en Suisse, et on n’ouvre pas les campings ! Nous avons été complètement oubliés. Le mot camping je le répète, a disparu du vocabulaire de la communication dans le tourisme suisse et c’est très triste».

 

«Ici, c’est la catastrophe»

 

Pour l’heure donc, c’est l’incertitude. Et la situation est très difficile. «A l’heure où l’on parle, d’après ce que j’ai trouvé sur le site de la Confédération, les campings sont fermés. Les résidents à l’année ont le droit de se rendre dans leurs campings. Les campeurs saisonniers et les gens du voyage également. En revanche, tout ce qui concerne le camping de passage, c’est fermé. Pour nous, au camping du Botza par exemple, c’est la catastrophe. Nous avons 200 places, dont 120 «de passage». D’habitude, à l’Ascension et à la Pentecôte, le camping est plein. Cette année, il n’y aura personne. Alors, sans nouvelle, on doit se préparer malgré tout, se préparer à une ouverture éventuelle. Il faut préparer la piscine par exemple, prévoir le personnel. Mais pour quand ? Je ne sais pas, je n’ai pas d’information». Attendues fin mai, les prochaines annonces des autorités fédérales pourraient concerner la réouverture des campings. On parel du 8 juin prochain. Interrogé sur ce point, Jean-Nicolas Revaz, président de Camping-Valais, répond du tac au tac. «Je suis désolé, mais je vais devoir me répéter... Je ne peux pas vous répondre car je n’ai aucune information. Aucune!»

 

L’interview de Jean-Nicolas Revaz, c’est juste en dessous


Thomas Schürch

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23