Retour

10.04.2019 - 19:00

«Laisser tomber ne fait pas partie de mon vocabulaire». Bertrand Bitz tient à ses cabanes à Nax

Après 13 ans d'embûches pour mettre en place ce projet, est-ce de l'acharnement? «Non, répond Bertrand Bitz. Mais laisser tomber ne fait pas partie de mon vocabulaire. Ce projet est inscrit dans mes cellules. C'est plus fort que moi, cela vient de mes tripes.»
Après 13 ans d'embûches pour mettre en place ce projet, est-ce de l'acharnement? «Non, répond Bertrand Bitz. Mais laisser tomber ne fait pas partie de mon vocabulaire. Ce projet est inscrit dans mes cellules. C'est plus fort que moi, cela vient de mes tripes.» - ©Nestwood / Savioz Fabrizzi

Tout commence par un rêve d’enfant pour Bertrand Bitz, porteur de projet «Nestwood»: il veut construire des cabanes dans les arbres. En 2006, le Valaisan poursuit son projet en développant un concept de logements touristiques haut de gamme qu'il veut placer dans la forêt à Nax. Pourtant, il piétine depuis bientôt 13 ans. Pusieurs obstacles se sont mis au travers de son chemin: compensations écologiques, transformation d’un bout de forêt en zone à bâtir, recours de l’Office fédéral du développement territorial, oppositions. L’ouverture des cabanes au public est repoussée d'année en année.

Après tant d'année, est-ce de l'acharnement? «Non, répond le professionnel en tourisme. Mais laisser tomber ne fait pas partie de mon vocabulaire. Ce projet est inscrit dans mes cellules. C'est plus fort que moi, cela vient de mes tripes.» En plus de ses convictions, il se heurte également à une autre difficulté, plus financière. «Aujourd'hui, 300'000 francs ont été investis dans le projet. C'est les règles du jeu. A titre personnel, j'y ai mis près de 70'000 francs. Et c'est pour cela que j'ai dû m'entourer dans ce projet. Mais aujourd'hui, tout va bien», relativise-t-il. Après 6 ans de collaboration avec son investisseur principal, Bertrand Bitz ne peut malheureusement plus compter sur son apport financier. Des raisons indépendantes du projet, explique-t-il. Le Valaisan cherche donc aujourd’hui à compenser cette perte d’environ 1 million de francs de fonds propre. Le budget total s'élève à 4 millions de francs environ.

A part la question financière, il ne manque plus que le permis de bâtir du Canton et les plans d’aménagement intérieur. Le projet Nestwood pourrait voir le jour au printemps 2021. C'est du moins ce que Bertrand Bitz espère.


DAR

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23