Retour

12.02.2018 - 07:30

Hôpital du Valais : la crise de confiance est passée

Tous les hôpitaux ne peuvent plus assurer toutes les disciplines médicales et chirurgicales
Tous les hôpitaux ne peuvent plus assurer toutes les disciplines médicales et chirurgicales - ©vs

Huit ans après la crise qui a lézardé la confiance des Valaisans, l'Hôpital du Valais paie t'il encore la note auprès des instances nationales de surveillance?
C'est la question que l'on peut se poser à l'évocation du préavis de l'organe intercantonal de médecine hautement spécialisée. En l'état et compte tenu d'une masse critique trop faible, la chirurgie viscérale hautement spécialisée n'aurait, dit-il, plus sa place en Valais.
Rien à voir avec une crise de confiance ou des compétences insuffisantes, rétorque Dominique Arlettaz, le président du conseil d'administration (interview ci-dessous). La preuve, dit-il, c'est que l'organe de décision a fixé sept critères pour savoir à qui il attribue un mandat et l'hôpital du Valais satisfait à tous les critères, sauf sur le nombre de cas". Alors certes, l'après affaire Bettschart a laissé des traces mais uniquement dans le nombre de patients concernés sur la période sous revue, durant laquelle des collaborations ont été développées avec les HUG. Il n'y aurait donc plus aucune référence aux affaires de 2010. Pour le surplus, la capacité de l'hôpital du Valais est largement reconnue et des négociations sont toujours en cours, ajoute Dominique Arlettaz.

Un lien étroit entre "confiance du patient" et "hospitalisations hors canton"

Quant à savoir si l'Hôpital du Valais subit toujours une crise de confiance, le chef du service de la santé Victor Fournier, n'y croit pas (interview ci-dessous). Parmi les indicateurs qui lui permettent de l'affirmer, les HHC, les hospitalisations hors canton, témoignent du contraire. Alors certes, la tendance, comme chez nos voisins est à la hausse. Elle correspond à environ 6'000 prises en charge extra cantonale pour des soucis de santé relevant de la LAMAL, l'assurance de base. "Mais la moitié relève de justifications médicales" nuance Victor Fournier. Pour ce qui concerne l'autre moitié, une part relève plus des habitudes ou du parcours médical de personnes hors canton venues s'établir en Valais. Restent quelques secteurs dans lesquels, les hospitalisations hors canton donnent à réfléchir. En tête de pont, l'orthopédie, qui dans le Haut-Valais a vu "partir" 559 "cas non universitaires" hors frontières cantonales (448 pour tout le reste du Valias la même année). Un groupe de travail a été fondé, notamment pour trouver des solutions, notamment pour favoriser la prise en charge hospitalière en Valais "tout en restant conscients que l'augmentation des HHC est un phénomène de fonds étroitement liés aux changements sociétaux", précise le service de la santé.


Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23