Retour

11.06.2019 - 08:34

Comment expliquer la présence d'un pistolet dans le bureau du Ministère public valaisan ?

Madeline Heiniger, ancienne présidente  de la Commission de justice (COJU)
Madeline Heiniger, ancienne présidente de la Commission de justice (COJU)

Comment expliquer la présence d'un pistolet à air comprimé dans le bureau du Ministère public valaisan ? Une enquête au coeur du pouvoir judicaire est sur le point de s'ouvrir en Valais.

 

Tout commence en février 2018 : une femme de ménage découvre, par hasard, un pistolet à air comprimé dans la poubelle du bureau du procureur général valaisan. Il s'agirait d'une pièce à conviction, issue d'une vieille affaire : une arme qui aurait dû être détruite depuis longtemps.

 

Qui a mis cette arme factice dans cette poubelle et pourquoi ? Pour répondre à cette question, une enquête pénale devrait être ouverte tout prochainement. Problème, ne pouvant être à la fois «juge et partie», tous les procureurs du canton du Valais se sont récusés, il faut élire un procureur "extraordinaire", selon le terme consacré, un homme venant d'un autre canton.

 

La Commission de justice du canton du Valais, la COJU, a eu la mission de dénicher cet enquêteur. Madeline Heiniger, était présidente de la COJU au moment des recherches. «Notre tâche était de trouver un procureur extraordinaire hors canton qui avait tous les signes d’indépendance par rapport au Valais, toutes les compétences juridiques et de l’expérience autour de la Loi sur les armes pour ouvrir cette enquête pénale (...) Quand la tête du Ministère public est touchée par une enquête, poursuit Madeline Heiniger, c’est habituel de s’adresser à l’extérieur du canton pour trouver la personne compétente, aucun des subalternes ne peut faire cette enquête».

 

Le choix s'est porté sur Pierre Cornu, ancien procureur général du canton de Neuchâtel. Madeline Heiniger se dit satisfaite de ce choix. «A la COJU, effectivement, on a eu l’impression de tomber sur la perle rare, la bonne personne pour faire cette enquête. Dans notre rapport, nous donnons le préavis. Le Grand Conseil aura la tâche l’élire ce procureur extraordinaire».

 

Ce mercredi 12 juin, le Parlement valaisan aura donc le dernier mot. Il devrait élire, sauf coup de théâtre, Pierre Cornu, comme procureur extraordinaire dans l'enquête sur "l'arme factice du Ministère public valaisan".


Thomas Schürch / thomas.schurch@rhonefm.ch

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23