Retour

12.06.2020 - 18:00

Allier élevage de poissons et agriculture: le concept de l'aquaponie débarque en Valais

Chloé Berclaz, biologiste et co-fondatrice de BEES devant son prototype d'un système d'aquaponie fonctionnel et compact.
Chloé Berclaz, biologiste et co-fondatrice de BEES devant son prototype d'un système d'aquaponie fonctionnel et compact.
En quelques jours à peine, les semis sont prêts à être repiquer en terre.
En quelques jours à peine, les semis sont prêts à être repiquer en terre.

Allier agriculture et élevage de poissons : c'est le concept de l'aquaponie. Un marché encore presque inexistant en Valais. Une start-up se lance sur le marché, avec un produit grand public.

 

Cultiver ses légumes au-dessus de son aquarium… on parle ici de l'aquaponie. Dans un circuit fermé, l'eau est filtrée par les plantes, tandis que les semis sont nourris par les déjections des poissons. Le concept, plutôt en vogue en France, est inexistant sur le marché Valaisan… Et la start-up BEES, basée à Sion, entend bien en profiter.

 

Un prototype grand public - taillé pour être glissé dans un appartement ou dans un jardin – est d'ores et déjà au point, dans les locaux de la petite entreprise. Ne reste plus qu'à élaborer un design et à recevoir les commandes. «La vitesse de pousse dépasse nos espérences», se réjouit Chloé Berclaz, biologiste et co-fondatrice de la start-up BEES, qui a jeté dans son substrat des tomates et des radis. 

 

Mais au-delà des petits modèles d'intérieur ou de jardin, les entrepreneurs rêvent d'installations à grande échelle et de partenariats avec des collectivités. «Nous sommes en discussion avec des maraîchers de la région, révèle Chloé Berclaz. Des collaborations qui ont été freinées par la crise sanitaire, mais qui pourraient aboutir d’ici 2021. A terme, l’idée serait aussi d’approcher les communes et grandes villes, histoire de créer des installations plus conséquentes, en zone urbaine.»

 

Chloé Berclaz insiste, l’idée n’est pas de concurrencer les agriculteurs mais d’être complémentaire. «L’accent peut être mis sur l’élevage de poissons, la culture de plantes aromatique, ou de salades en hiver par exemple.»

 


Oriane Binggeli

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23