Retour

15.01.2018 - 08:34

Alkopharma : au tour de l'UDCVR de réagir avec virulence

Le produit incriminé, le Thiotepa®, a été largement vendu en France
Le produit incriminé, le Thiotepa®, a été largement vendu en France - ©Thiotepa®

Affaire Alkopharma : l'UDCVR monte aux barricades.
En cause, les liens présentés hier dans la presse dominicale entre la société martigneraine et la Banque cantonale du Valais. L'enquête met en évidence les rapports privilégiés du président de la BCV, Jean-Daniel Papilloud, et de ladite entreprise aujourd'hui en faillite, après avoir bénéficié d'un crédit de 85 millions de francs, deux fois son chiffre d'affaires.
Sous le titre "banque cantonale, la politique des petits copains a trop duré", les deux co-présidents du parti estiment, dans un communiqué, que tous les critères d’une gestion saine et prudente ont été allègrement violés, de même que ceux d’indépendance entre la Direction Générale et le Conseil d'Administration. L’UDC demandera au Grand Conseil que la COGEST enquête sur cette affaire, afin d'établir les responsabilités respectives.

Le PSVR a réagi hier déjà en exigeant des explications du gouvernement, compte tenu du fait que l'Etat du Valais est actionnaire de la BCV à hauteur de 70%.
Dans un communiqué diffusé hier en soirée, la BCV explique qu'elle "ne commente ni l'existence, ni l'absence de relations d'affaires avec des tiers" mais"qu'elle applique rigoureusement les prescriptions légales et réglementaires en matière de gestion de crédits".
Sur le plan pénal, la société a déjà été jugée pour avoir modifié les dates de péremption de plus de 100'000 flacons de médicaments anticancéreux avant de les vendre en Suisse et en France. Le tribunal de Martigny et St-Maurice a prononcé des peines pécuniaires, notamment parce que le juge n'a pas retenu la mise en danger de la santé des patients.
Non content de cette appréciation, Swissmedic recourt au Tribunal cantonal.


Ch/C

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23