Retour

15.01.2018 - 05:30

Affaire Alkopharma : le PSVr veut des explications. La BCV laconique.

Ce sont ces types de flacons de Thiotepa® qui ont été modifiés
Ce sont ces types de flacons de Thiotepa® qui ont été modifiés

Affaire Alkopharma : le parti socialiste du Valais romand exige des explications du gouvernement valaisan.
Dénoncée hier dans la presse dominicale, la société de Martigny a été jugée pour avoir modifié les dates de péremption de plus de 100'000 flacons de médicaments anticancéreux (le Thiotepa®), avant de les vendre en Suisse et en France.
L'affaire jugée au tribunal de Martigny et St-Maurice a débouché sur des peines pécuniaires. Si le PSVR déplore, sans un communiqué, "une sensation d'impunité" sur le volet humain comme sur le plan médical, le parti s'insurge contre les rapports privilégiés du président de la BCV, Jean-Daniel Papilloud, et de ladite entreprise aujourd'hui en faillite. Ces rapports ont débouché sur un crédit de 85 millions de francs octroyé par la banque cantonale qui lui laisserait une perte de 17 millions de francs, selon le Matin Dimanche. Or, l'Etat du Valais est actionnaire de l'établissement bancaire à hauteur de 70%.
Dans un communiqué diffusé hier en soirée, la BCV explique qu'elle "ne commente ni l'existence, ni l'absence de relations d'affaires avec des tiers" mais"qu'elle applique rigoureusement les prescriptions légales et réglementaires en matière de gestion de crédits. Sur le plan pénal, Swissmedic a fait recours, notamment parce que le juge n'a pas retenu la mise en danger de la santé des patients. "Cette affaire est à ce jour unique par sa taille pour la Suisse", selon l'autorité de surveillance.


Ch/c

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23