Retour

07.11.2019 - 14:31

Accusé de pédophilie, l'enseignant sierrois menacé de mort en prison

Image d’illustration
Image d’illustration

Il se dit innocent. Pourtant, sept victimes l'accusent. C’est le procès en appel ce jeudi de l'enseignant sierrois de 49 ans, accusé de pédophilie. En première instance, il avait écopé de 40 mois de prison ferme. Aujourd’hui en détention, il se dit menacé par ses codétenus.

 

 

Un procès attendu ce jeudi au Tribunal cantonal de Sion. Sur le banc des prévenus, cet enseignant sierrois de 49 ans, accusé de pédophilie par sept victimes présumées. Accusé d’actes d'ordre sexuel commis entre 2011 et 2013, au sein d'un établissement scolaire. En mai dernier, l'homme a été reconnu coupable des faits reprochés, condamné à 40 mois de prison ferme. Mais il conteste le verdict. Il clame toujours son innocence.

 

Témoignage dans un silence absolu 

Six mois après donc, le second procès s’est ouvert ce jeudi matin sur les coups des 8 heures 30. La défense se veut claire, les enfants se seraient mis d'accord pour le faire tomber. Une sorte de complot. A la barre, l’une des plaignantes, jeune femme aujourd’hui, a été invitée à s’exprimer. C’est lors de prétendues expériences scolaires que les actes pédophiles auraient eu lieu. Les yeux bandés, seules avec l’enseignant, certaines filles devaient goûter des fruits et les identifier… Le témoignage se fait dans un silence absolu dans la salle. La voix de la fille résonne et l’on comprend, à travers ses mots, que le professeur en aurait profité pour imposer des fellations à ses victimes. «J’avais confiance en lui, j’étais naïve. J’avais une grande confiance dans ce maître. C’était impensable qu’il fasse ça», a lâché la jeune femme.

 

Pas de réaction 

Devant ce témoignage accablant, l’accusé n’a pas réagi. Le silence toujours lors de la prise de parole d’une autre victime présumée, qui parle d’un profond sentiment de dégoût. À 10h37, l’ancien enseignant a été appelé à la barre. Concernant la dégustation de fruits à l’aveugle ? Il confirme que de telles expériences ont bien eu lieu, mais conteste tout acte de pédophilie. «C’était de fruits sélectionnés dans la classe, par les élèves eux-mêmes. Une démarche pédagogique».

 

Il prend les douches tout seul en prison

L’homme a montré de l’émotion lorsqu’il a abordé sa vie depuis qu’il est en détention, depuis le 20 mai 2019. Il affirme avoir été menacé de mort par les autres détenus, à plusieurs reprises. «Depuis, je ne sors plus de la cellule. Pour les douches, je passe en dernier, quand il n'y a plus personne. Pour les visites, on les fait en décalé, pour ne pas me faire agresser». Toujours selon l’accusé, le directeur de la prison lui aurait proposé du travail, il fait des nettoyages, seul avec un gardien.

 

Va-t-il devoir rester en prison ? C’est tout l’enjeu au Palais de justice de Sion. Le procureur Alexandre Sudan requiert la même peine qu’en première instance, 40 mois. (Interview ci-dessous). L’accusé, via son avocat, demande l’acquittement et donc la libération. Le jugement sera rendu ultérieurement.


Thomas Schürch

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23