Retour

01.03.2018 - 12:05

3ème correction du Rhône: le canton savait que le budget serait dépassé selon l'UDC

Des députés UDC et PLR remettent en question le projet de 3ème correction du Rhône. Selon Grégory Logean, chef de groupe UDC et le député PLR Xavier Moret, le canton du Valais savait que le "chantier du siècle" coûterait plus de 3 milliards de francs, et cela avant la votation de 2015 où la population s’était prononcée sur un montant de 2 milliards. Ils s’appuient sur un rapport de 2008 du professeur Jacques Bonvin, ancien chef du projet R3 auprès du canton de Vaud. Tous trois ont présenté leurs arguments ce jeudi matin devant la presse.

 

Dans ses études de l’époque, l’ingénieur aujourd’hui retraité, montre que les travaux envisagés par le Valais sont "démesurés par rapport aux risques réels". Selon lui, "on a joué sur la peur de la population pour faire passer un projet trop ambitieux". Quant à ses propositions alternatives de correction du fleuve, elles n’ont, selon lui, jamais été considérées, alors que ces variantes étaient moins coûteuses et plus rapides à exécuter.

 

Du côté du canton, on tient à rectifier. La facture totale de 3,4 milliards était connue et avait été présentée aux communes en 2008 nous explique Tony Arborino, chef du projet de la correction du Rhône. Le peuple, lui se prononçait sur une autre question en 2015 : sur le montant d’un fond de financement. Quant aux différentes variantes, "elles ont toutes été comparées depuis 1987", explique Tony Arborino. Celles qui n'ont pas été retenues n'étaient pas réalisables techniquement ou ne respectaient pas certaines normes légales.

 

Contacté par téléphone, Philippe Hohl, chef de division au département de l’environnement du canton de Vaud, tempère lui aussi. "Monsieur Bonvin avait choisi de quitter le projet R3, car il ne partageait pas la vision dominante d’élargissement du Rhône" explique-t-il. "Ce paradigme scientifique n’est pas défendu que par le canton de Vaud ou du Valais, mais par l’ensemble des responsables de cours d’eau en Suisse. C’est même une vision européenne".

 

Reste que l’UDC attend des explications de la part du Département cantonal de la mobilité, du territoire et de l'environnement. Le parti confirme en outre qu’il rejette la loi sur le financement de la 3ème correction du Rhône et souhaite la soumettre au référendum obligatoire. Ces questions seront abordées au Grand Conseil la semaine prochaine.


JR

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23