Retour

21.09.2017 - 06:00

3e correction du Rhône : ça coince autour du financement

Peu d'engouement pour cofinancer la 3e correction du Rhône
Peu d'engouement pour cofinancer la 3e correction du Rhône

Un peu plus de deux ans après la votation populaire (57% de oui le 14 juin 2015) sur la 3e correction du Rhône, la question du financement de l'opération, estimée à 3 milliards de francs, provoque des crispations. Plusieurs groupes d'intérêts viennent de faire part de leurs réticences quant à l'avant-projet du canton.
Appelées à contribuer à hauteur de 5%, les communes valaisannes disent reconnaître "le devoir des communes de participer à ce grand projet d'infrastructure". Mais ces mêmes communes ne sont prêtes qu'à participer qu'aux coûts effectifs, à hauteur de 110 millions de francs jusqu'en 2050. Cela exclut les frais d'études, les imprévus, les mesures d'accompagnement agricoles ainsi que les frais de personne et de fonctionnement de l'Etat du Valais, devisés pour leur part à 630 millions.
Du côté des "tiers", qui devraient financer 3.75% des travaux – en tous cas durant la première phase – les positions sont encore plus tranchées. L'Association Valaisanne des Producteurs d'Energie Electrique relève ainsi que "la prévention des crues est une tâche relevant des cantons" et que "le canton de Vaud ne prévoit pas un tel mode de financement".
Enfin, les industriels valaisans se réuniront ce jeudi soir. Mais le directeur de Constellium Valais parle "d'un mauvaise message que l'on va donner à l'international", d'un point de vue concurrentiel. "Réduire la capacité d'investissement des entreprises, c'est réduire la capacité à créer de l'emploi", ajoute Lionel Thomas, directeur.
Compte tenu de la complexité du dossier, le département dirigé par Jacques Melly a décidé de prolonger la phase de consultation d'un mois, jusqu'à la fin octobre. Aucun commentaire ne sera délivré dans l'intervalle.


Fabrice Germanier

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1230   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23