Retour

11.05.2020 - 21:24

Pompeo remercie la Suisse pour son rôle d'intermédiaire avec l'Iran

Le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo a remercié lundi la Suisse pour son rôle d'intermédiaire avec l'Iran. La veille, Téhéran avait tendu la main à Washington en vue d'un éventuel échange de prisonniers avec les Etats-Unis "sans conditions préalables".

Lors d'une conversation téléphonique avec le conseiller fédéral Ignazio Cassis, "le secrétaire d'Etat a remercié la Suisse pour son rôle constant et constructif en tant que puissance protectrice de nos intérêts en Iran", a affirmé la porte-parole de la diplomatie américaine Morgan Ortagus dans un communiqué.

Dans un tweet, Mike Pompeo a aussi évoqué "l'aide de la Suisse pour rapatrier des citoyens américains d'Iran et de Birmanie" pendant l'épidémie de Covid-19.

Partenariat "plus fort que jamais"

"Le partenariat américano-suisse est plus fort que jamais", a-t-il assuré, évoquant des discussions "formidables" avec M. Cassis. Il n'a pas directement lié son appel à la question des prisonniers.

La Suisse représente les intérêts des Etats-Unis en Iran à défaut de relations diplomatiques entre les deux pays. Elle a joué par le passé un rôle d'intermédiaire pour organiser des échanges ou des libérations de prisonniers entre les deux ennemis.

Elle avait notamment été en première ligne lors du dernier échange de détenus, en décembre: l'Américain Xiyue Wang avait été libéré par Téhéran et l'Iranien Massoud Soleimani avait été relâché par Washington. L'échange de prisonniers avait eu lieu à l'aéroport de Zurich.

La balle dans le camp américain

Or, l'Iran a répété dimanche être prêt à un échange de prisonniers avec les Etats-Unis "sans conditions préalables", malgré les tensions extrêmes entre les deux pays, disant que la balle était dans le camp de Washington.

"Il y a une volonté d'échanger tous les prisonniers", avait assuré dimanche le porte-parole du gouvernement iranien Ali Rabii. "Il semble maintenant que l'Amérique est davantage prête qu'avant", avait-il estimé, précisant: "Washington a été informé de notre disponibilité".

Le département d'Etat américain n'a pas démenti d'éventuelles négociations. "Nous ne menons pas de discussions diplomatiques sensibles par médias interposés", s'est bornée à dire dimanche Morgan Ortagus.

Et le président Donald Trump a retweeté dimanche soir, sans autre commentaire, un article de presse mentionnant l'offre iranienne d'échange de prisonniers.

Plusieurs Irano-Américains, l'homme d'affaires Siamak Namazi, son père Bagher, ainsi que Morad Tahbaz, un écologiste, sont détenus en Iran. Téhéran a temporairement libéré un vétéran de la marine américaine, Michael White, le 19 mars, pour des raisons "médicales" et "humanitaires", à condition qu'il ne quitte pas le pays.

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23