Retour

14.04.2020 - 16:17

Plusieurs festivals de musique annulés en France

grands festivals de l'été en France, dont les Les Eurockéennes de Belfort et les Francofolies de La Rochelle, sont annulés. L'interdiction des grands rassemblements jusqu'à mi-juillet pour lutter contre l'épidémie de coronavirus en est la cause.

"Les Eurockéennes n'auront pas lieu en 2020", ont écrit mardi les organisateurs dans un communiqué. Le festival aurait dû se tenir du 2 au 4 juillet. Il comptait comme têtes d'affiche Massive Attack, Simple Minds, DJ Snake ou Lomepal. Le festival belfortain avait rassemblé 128'000 festivaliers sur trois jours en 2019.

"Malheureusement, cette annulation pose aujourd'hui de lourdes questions sur l'avenir du festival et de l'association Territoire de Musiques. Soumises à une équation financière complexe, les Eurockéennes souffriront durablement de cette année noire", ont estimé les organisateurs, qui affirment néanmoins "tout mettre en oeuvre pour le relever".

Les uns après les autres

Autre grand rendez-vous des musiques actuelles de l'été en France, les Francofolies de la Rochelle ont annoncé que leur 36e édition, "qui devait se tenir du 10 au 14 juillet 2020, est donc reportée du 10 au 14 juillet 2021". Le festival charentais avait réuni 150'000 festivaliers l'an passé.

Les grands festivals de ce type renoncent les uns après les autres. Ce mardi, le Main Square d'Arras (3-5 juillet, 115'000 spectateurs en 2019), Art Rock de Saint-Brieuc (29-31 mai, 78'000), les Nuits de Fourvière (2-31 juillet, 190'000) ou Jazz à Vienne (25 juin au 11 juillet, 200'000) ont jeté l'éponge.

D'autres n'avaient pas attendu l'intervention du président Emmanuel Macron lundi soir pour annuler, tels le Printemps de Bourges (200'000 spectateurs en 2019), qui devait se tenir fin avril, le Hellfest (juin, 180'000 spectateurs), le Lollapalooza (juillet, 95'000 spectateurs) et Solidays (juin, 228'000 spectateurs).

"Je n'y crois pas"

Les Vieilles Charrues (16-19 juillet, 270'000) pourraient être le prochain sur la liste. C'est un cas d'école: le festival breton attendait près de 300'000 personnes à partir du 16 juillet, soit au lendemain de la levée d'interdiction des grands rassemblements.

"La tenue du festival, je n'y crois pas", confie son directeur Jérôme Tréhorel à l'AFP. "Je vais demander dans les prochaines heures la réunion d'un conseil d'administration pour prendre sans doute la décision la plus douloureuse mais la plus raisonnable qui soit". "Nous ne prendrons aucun risque pour le personnel et les festivaliers", souligne M. Tréhorel.

Emmanuel Macron a annoncé le prolongement du confinement jusqu'au 11 mai et l'interdiction des grands festivals et rassemblements au moins jusqu'à mi-juillet. Le festival de théâtre d'Avignon a annoncé dans la foulée son annulation.

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23