Retour

09.03.2020 - 17:13

Pas d'interruption de la session parlementaire à cause du Covid-19

Alors que le nouveau coronavirus a continué lundi de se propager en Suisse, passant la barre des 300 cas, les présidents et vice-présidents des Chambres fédérales ont refusé de suspendre la session de printemps. Les mesures de protection seront toutefois renforcées.

Le Parlement doit montrer l'exemple dans la mise en oeuvre des mesures décrétées par l'Office fédéral de la santé publique (OFSP), a indiqué la présidente du Conseil national Isabelle Moret (PLR/VD), rejetant une demande de l'UDC. A l'unanimité de ses six membres, la Délégation administrative de l'Assemblée fédérale estime que l'appréciation des risques permet de poursuivre la session en cours.

Elle a toutefois décidé de renforcer les mesures d'hygiène et de protection. Les groupes pourront bénéficier de salles plus grandes s'ils en font la demande. Les députés sont en outre priés de réduire leurs voyages officiels. Par ailleurs, les anciens parlementaires n'auront désormais plus accès au Palais du Parlement, tout comme les membres de représentations diplomatiques.

"Responsabilité de chacun"

Le Palais fédéral n'est plus accessible aux visiteurs et aux journalistes non accrédités depuis le début de la session. Les mesures mises en place par la délégation vaudront jusqu'à la fin avril, soit après la session, a précisé le président du Conseil des Etats Hans Stöckli (PS/BE). Elles seront actualisées selon l'évolution de la situation.

"Le coronavirus relève de la sphère privée et de la responsabilité de chacun. Si un parlementaire est malade, il est souhaitable qu'il reste à la maison", a relevé Isabelle Moret. Allant dans le même sens, le National a soutenu en début de session la décision de la délégation par 155 voix contre 13. Il a refusé une motion d'ordre du groupe UDC visant à suspendre la session durant une semaine.

Avant de prendre sa décision, la Délégation administrative s'est entretenue avec le ministre de la santé Alain Berset et Daniel Koch, responsable de la division des maladies transmissibles de l'OFSP.

312 cas, deux morts

L'OFSP avait répertorié lundi à 12h00 312 cas de contamination au nouveau coronavirus en Suisse, soit 31 de plus que la vieille. Soixante-deux autres cas sont encore en cours d'analyse au laboratoire de référence à Genève après un premier résultat positif à la maladie à coronavirus (Covid-19).

Vingt des 26 cantons sont touchés par la maladie. Deux d'entre eux ont enregistré des morts: Vaud, avec une femme de 74 décédée jeudi au CHUV à Lausanne, et Bâle-Campagne, avec un homme de 76 ans mort dimanche.

La tranche d’âge des cas testés positifs jusqu’ici va de 0 à 94 ans, la médiane étant de 47 ans (50% des cas sont plus jeunes et 50% sont plus âgés). 52% des cas concernent des hommes, 48% des femmes, a précisé l'OFSP. Les personnes âgées de 30 à 59 ans représentent les classes d'âge les plus concernées par le coronavirus.

Dans le canton de Zurich, l'un des plus touchés en Suisse avec le Tessin (77) et Vaud (57), 40 cas ont déjà été recensés. La question n'est pas de savoir si le virus va faire des morts, mais quand, a averti la ministre zurichoise de la santé Natalie Rickli. Les tests effectués dans le canton sont depuis lundi analysés par l'Institut de virologie de l'Université de Zurich et ne doivent plus être envoyés au laboratoire de référence à Genève pour être confirmés.

Secteur de clinique en quarantaine

A Bâle, un secteur de la clinique de réhabilitation (Rehab) a été mis en quarantaine à cause du coronavirus. Des patients et des membres du personnel ont été testés positifs. Les patients infectés sont une femme et un homme qui ne sont plus actuellement dans la clinique.

Ils ont été placés en isolement dans un hôpital. Neuf membres du personnel ont aussi été testés positifs. Ils se portent bien. Ils ont été placés en quarantaine à leur domicile.

Pour faire face à l'inquiétude croissante de la population, le canton du Jura a mis en place une seconde ligne d'appels d'urgence pour répondre au mieux aux diverses questions liées au coronavirus. Cette nouvelle ligne téléphonique est dédiée aux interrogations générales concernant la santé de la population.

L'Université de la Suisse italienne a quant à elle restreint l'accès à ses campus de Lugano et de Mendrisio. Les personnes résidant dans des régions décrites à risque par la Confédération ne peuvent plus y accéder. Les régions italiennes concernées sont la Lombardie, le Piémont, la Vénétie et l'Emilie-Romagne.

Les personnes vivant en Suisse, travaillant ou étudiant à l'université et ayant séjourné dans ces régions sont exclues des campus pendant deux semaines, même si elles ne présentent aucun symptôme.

Les annulations et les reports de manifestations se sont également poursuivis lundi. Ainsi, le Cully Jazz Festival a annulé son édition 2020 prévue du 27 mars au 4 avril. La semaine de l'absinthe, agendée à la Maison de l'absinthe à Môtiers (NE) du 18 au 22 mars, a elle été reportée. Les nouvelles dates seront communiquées ultérieurement.

Les bourses chutent

Outre des annulations, la propagation mondiale du coronavirus a créé un nouveau vent de panique sur les places financières. La chute des bourses d'Asie s'est propagée à l'Australie puis à celles du golfe Persique, avant de rejaillir sur les marchés européens puis de contaminer Wall Street.

Vers 16h00, Paris, Londres, Francfort lâchaient plus de 7%. Milan s'écroulait de plus de 10%. Peu avant 17h00, le SMI dévissait lui de 5,57%. En parallèle, le pétrole a connu sa pire chute depuis la première guerre du Golfe en 1991, s'effondrant de plus de 30% en Asie.

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23