Retour

19.03.2020 - 18:19

Le Tessin est particulièrement touché par l'épidémie de coronavirus

L'épidémie de coronavirus ne fléchit pas encore en Suisse. L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé jeudi un total de 3888 cas positifs. La situation est particulièrement difficile au Tessin.

Quelque 3438 cas ont été confirmés et 450 cas sont encore en cours d’analyse après un premier résultat positif au niveau national. Mercredi, l'OFSP avait fait état de 3028 cas positifs, dont 2772 confirmés. A l'heure actuelle, 33 personnes sont décédées en Suisse des suites de la maladie, selon les chiffres de l'OFSP.

D'après un décompte établi par l'agence Keystone-ATS, le coronavirus a fait au moins 39 victimes en Suisse depuis le 5 mars. Il s'agit principalement de personnes âgées ou souffrant déjà d'autres maladies. La contamination concerne autant les femmes que les hommes, mais ces derniers sont plus souvent malades à partir de 60 ans. De 0 à 100 ans, aucun âge n'y échappe.

Situation "dramatique"

Tous les cantons suisses et le Liechtenstein sont désormais concernés. Le Tessin est toutefois le plus touché avec 178,6 cas pour 100'000 habitants. "La situation y est dramatique", a confirmé Daniel Koch, responsable de la division des maladies transmissibles de l'OFSP lors d'un point presse à Berne.

"Le Tessin va rapidement manquer de lits en soins intensifs", a-t-il poursuivi. Mais ce n'est pas encore le cas. Pour éviter une telle situation, les opérations lourdes planifiables sont reportées le plus possible vers les autres cantons, notamment Zurich.

De plus, des places supplémentaires en soins intensifs vont être créées, a ajouté Daniel Koch. Du matériel, dont des respirateurs artificiels, sont en train d'être livrés. "Le Tessin n'est pas livré à lui-même."

Transferts délicats

Interrogé sur la possibilité de transférer des patients d'un canton à l'autre selon les places en soins intensifs disponibles, le responsable de l'OFSP a expliqué que c'était délicat. Il n'existe pas de système national de transfert de patients. M. Koch n'avait lui-même pas le nombre exact de lits disponibles dans les cantons. Sur les 800 places en soins intensifs, 160 seraient encore libres.

Les personnes qui ont besoin d'un respirateur artificiel sont par ailleurs les plus fragiles et les plus difficiles à transporter, a-t-il encore précisé. Et le risque de mourir est très élevé.

Le conseiller fédéral Alain Berset a rencontré à Bellinzone le Conseil d'Etat tessinois in corpore. Il l'a assuré de son soutien dans la lutte contre l'épidémie de coronavirus et a loué son rôle de pionnier.

L'OFSP a d'ailleurs réitéré son appel à l'ensemble de la population: "Restez à la maison pour sauver des vies." La vidéo a été partagée par 300 personnes en 40 minutes.

Tests à leur limite

Les ressources en matière de tests arrivent également à leur limite au niveau national. La Suisse essaie de se procurer du matériel primaire ou des kits complets auprès de plusieurs producteurs, a rapporté M. Koch.

Mais tout le monde cherche à avoir ces tests et les capacités actuelles ne sont pas suffisantes pour répondre à la demande, a-t-il poursuivi. Les tests seront désormais utilisés là où ils sont vraiment nécessaires pour éviter le gaspillage.

Comportement des gens crucial

Le responsable de l'OFSP a encore rappelé que les enfants sont rarement vecteurs du virus. Ils peuvent toutefois le transmettre à leurs grands-parents. C'est pourquoi il faut absolument que les plus de 65 ans, de même que les personnes particulièrement vulnérables, réalisent la situation et respectent les recommandations.

"Ce ne sont pas les mesures qui feront la différence, mais le comportement des gens", a insisté M. Koch. Si les gens ne comprennent pas et n'appliquent pas les mesures, il sera très difficile de restreindre l'épidémie.

A ses yeux, il est encore trop tôt pour évaluer si les dernières mesures prises par le Conseil fédéral ont un effet. "Il faut encore attendre cinq jours." Il estime par ailleurs qu'un confinement n'est pas le but. Mais seul le gouvernement peut le décider.

Cinq personnes

Dans une vidéo, l'OFSP a encore appelé les citoyens à éviter les réunions de plus de cinq personnes. Cette règle vaut aussi pour les rencontres entre amis et pour les parents qui s'organisent pour la garde de leurs enfants.

Uri a même été plus loin. Depuis 18h00, les personnes de plus de 65 ans n'ont plus le droit de quitter leur domicile jusqu'à nouvel avis. Elles ne sont autorisées à sortir qu'à de rares exceptions comme un rendez-vous chez leur médecin.

L'état-major de crise cantonal a expliqué avoir pris cette décision parce que les seniors ne respectaient pas les règles en vigueur.

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23