Retour

09.04.2020 - 23:08

Le monde cherche des réponses concertées contre le coronavirus

Les dirigeants mondiaux s'efforçaient jeudi de surmonter leurs divisions pour apporter des réponses concertées à la pandémie de Covid-19, dont le bilan a dépassé les 90'000 morts. La planète est menacée d'un désastre économique sans précédent.

Sans mâcher ses mots, la patronne du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva, a prévenu: cette pandémie aura "les pires conséquences économiques depuis la Grande Dépression" de 1929. Alors que plus de la moitié de l'humanité est placée en quarantaine, des "secteurs entiers" de l'économie sont à l'arrêt, relève l'Organisation mondiale du commerce (OMC), et un demi-milliard de personnes risquent de tomber dans la pauvreté, selon l'ONG Oxfam.

"Les pauvres n'ont pas de revenus, encore moins d'économies. Mes enfants ne peuvent pas travailler, tout le monde a besoin d'aide", témoigne Maria de Fatima Santos, une habitante de la Cité de Dieu, une favela emblématique de Rio de Janeiro, au Brésil.

"C'est la panique"

Dans la très prospère Californie, sur la côte ouest des Etats-Unis, le coronavirus décime l'emploi: tournages à l'arrêt à Hollywood, stades désertés, bars fermés... "personne n'a de travail", résume Zach Machtem, ingénieur du son de 32 ans. "On est tous chez nous en standby (...), C'est la panique", se lamente-t-il, résumant l'anxiété des quelque 17 millions d'Américains qui ont perdu leur travail à cause de la pandémie.

La Banque centrale américaine a frappé un grand coup jeudi en annonçant 2300 milliards de dollars de nouveaux prêts pour soutenir l'économie. Le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin a estimé que les Les entreprises américaines pourraient "redémarrer" au mois de mai.

Une première en plus d'un quart de siècle, l'Afrique subsaharienne, particulièrement exposée, devrait entrer en récession en 2020, a prévenu la Banque mondiale. Autre conséquence, l'Europe croule sous les invendus de produits frais, comme le lait et les fromages: "les vaches ont du mal à comprendre qu'il faut s'arrêter de produire", plaisante tristement Pierre Villiers, éleveur français.

Lourd tribut

Malgré le confinement, le coronavirus poursuit son implacable avancée. Jeudi en fin d'après-midi, le bilan de la pandémie s'établissait à 90'938 décès recensés, franchissant un nouveau plafond symbolique, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles.

Avec 18'279 morts, l'Italie est toujours le pays au monde comptant le plus de victimes, suivi de l'Espagne (15'238), des Etats-Unis (15'000) et de la France, qui a passé le cap des 12'000 morts.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché en nombre de cas (432'132). Le gouverneur de New York, Andrew Cuomo, a annoncé un nouveau record du nombre de décès dans son Etat -799 en 24 heures-, mais le nombre d'hospitalisations n'a jamais été aussi bas, ce qui fait dire à ce même gouverneur que "nous sommes en train d'aplatir la courbe".

Les soignants de tous les pays continuent de payer un lourd tribut à la pandémie: une centaine de médecins sont décédés en Italie. Mais ils poursuivent leur lourde tâche avec souvent un incroyable dévouement: "je n'ai pas peur d'être infectée, j'ai juste peur de ne pas pouvoir faire tout ce que j'ai à faire", confie une religieuse et médecin qui bataille contre la pandémie en Lombardie.

Ne pas baisser la garde

En Grande-Bretagne, 881 décès supplémentaires ont été recensé en 24 heures, alors que le confinement devrait être prolongé. Le Premier ministre britannique Boris Johnson, contaminé par le nouveau coronavirus et hospitalisé depuis dimanche, est sorti jeudi soir des soins intensifs

En Espagne, le chef du gouvernement Pedro Sanchez a appelé ses compatriotes à ne pas "baisser la garde". L'OMS a mis en garde contre toute tentation d'assouplir précocement le confinement alors que l'Espagne, l'Italie et la France relèvent une tendance à la baisse de la tension hospitalière. Des pays comme l'Autriche, le Danemark, la Norvège, la Grèce et la République tchèque ont annoncé la levée prochaine de certaines restrictions.

Dans ce contexte, le Conseil de sécurité de l'ONU veut tenter jeudi de surmonter ses divisions, notamment sino-américaines, lors d'une réunion en visioconférence consacrée au Covid-19. Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres devra parvenir à unifier une instance profondément divisée.

Ce n'est "pas le moment" des critiques, a-t-il plaidé, mais celui de la "solidarité pour arrêter ce virus". Le président américain Donald Trump a vivement mis en cause l'OMS pour sa gestion de la crise et un supposé prisme pro-chinois.

De leur côté, les ministres européens des Finances sont parvenus jeudi soir à un accord sur une réponse économique commune. Ils ont trouvé un terrain d'entente avec les Pays-Bas qui bloquaient les discussions depuis mardi. Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a salué un "excellent accord", incluant "500 milliards d'euros disponibles immédiatement" et "un fonds de relance à venir".

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23