Retour

01.07.2020 - 16:09

Le Ministère public entend renvoyer Pierre Maudet en jugement

Le conseiller d'Etat Pierre Maudet risque de se retrouver sur le banc des accusés d'un tribunal. Le Ministère public genevois entend en effet renvoyer en jugement le magistrat PLR. Le voyage de l'élu PLR à Abu Dhabi, en 2015, constitue le gros du dossier.

L'information, révélée mercredi par la RTS, a été confirmée par le service de presse du pouvoir judiciaire genevois. Celui-ci indique que le Parquet a informé les parties qu'il entendait renvoyer en jugement les prévenus pour les faits relatifs au voyage à Abu Dhabi en novembre 2015.

Le Ministère public entend aussi poursuivre le conseiller d'Etat pour le sondage de 2017 qui a été réalisé en sa faveur. Il veut que soient jugés certains prévenus à propos de la procédure suivie pour la délivrance de l'autorisation d'exploiter l'établissement l'Escobar et pour des faits de violation du secret de fonction.

Le Ministère public a par ailleurs également informé les parties "qu'il entendait rendre une ordonnance de classement partiel pour les faits liés à la soirée d'anniversaire (de Pierre Maudet) de mars 2018 et les financements octroyés par le groupe (hôtelier) Manotel", a fait savoir le service de presse du pouvoir judiciaire.

Deux ans de galère

L'affaire "Maudet" plombe la vie politique genevoise depuis deux ans et déchire le PLR, le parti du magistrat. Un voyage effectué par le conseiller d'Etat dans les Emirats, en 2015, avec au programme une bonne place pour le Grand Prix de Formule 1 qui s'y déroulait, est à l'origine des ennuis du magistrat.

En démêlant les fils, les procureurs chargés du dossier ont découvert que deux connaissances de Pierre Maudet, actives dans l'immobilier à Genève, avaient organisé ce séjour. Elles ont également été mises en prévention dans cette procédure et font partie des personnes qui doivent être renvoyées en jugement.

Le conseiller d'Etat avait emmené à Abu Dhabi sa famille et son chef de cabinet de l'époque. La facture de plusieurs dizaines de milliers de francs avait été réglée par le prince héritier de l'Emirat Mohammed bin Zayed Al Nahyan.

Dans un premier temps, M.Maudet avait affirmé que cette escapade était de nature privée, avant de se rétracter publiquement, car soumis à de fortes pressions, et d'admettre à la télévision locale qu'il avait été invité par les autorités émiraties en sa qualité de conseiller d'Etat.

L'enquête du Ministère public a aussi permis de mettre en avant le coup de pouce accordé par l'ancien bras droit de Pierre Maudet et l'ancien directeur du Service de police et du commerce aux propriétaires de l'Escobar. L'établissement a pu ouvrir malgré le fait qu'il présentait un dossier incomplet.

Sondage à 30'000 francs

Le sondage en faveur de Pierre Maudet, qui a coûté plus de 30'000 francs, est également sorti de l'ombre lors des investigations menées par la justice. Il s'est avéré que cette opération a été financée et mise sur pied par les deux mêmes personnes du milieu de l'immobilier qui ont proposé le voyage à Abu Dhabi.

Le volet Manotel de l'affaire, qui doit être classé par le Ministère public, concerne le financement apporté par le groupe hôtelier à des comités de soutien de Pierre Maudet et à l'organisation de la soirée d'anniversaire du magistrat en mars 2018.

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23