Retour

05.05.2020 - 21:46

Le déconfinement s'accélère, la Bavière va rouvrir ses restaurants

Le déconfinement s'est accéléré mardi dans plusieurs pays pour tenter de relancer des économies paralysées par le coronavirus, qui a déjà fait plus de 250'000 morts. La pandémie poursuit sa progression notamment en Russie, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Signal fort, la Bavière a annoncé mardi la réouverture de ses restaurants à partir du 25 mai, en dépit des consignes de prudence de Berlin.

Dans le même temps, les frontières entre l'Allemagne et ses voisins, dont la Suisse, pourraient redevenir perméables à partir de la mi-mai. Selon l'agence dpa, qui cite un rapport conjoint des ministères de la santé et de l'intérieur, une "ouverture progressive de la frontière" est prévue dans le Schleswig-Holstein (nord). Des discussions sont en cours avec d'autres Länder frontaliers.

Autriche confortée

L'Autriche s'est de son côté dite confortée dans sa volonté d'en faire de même dès le 15 mai après une première étape de déconfinement "très bien gérée", sans rebond des contaminations. A Vienne, un musée a même commencé à collecter masques usagés et dessins d'enfants pour raconter le confinement aux générations à venir.

Mais la pandémie est loin d'être jugulée et elle ne le sera qu'avec la découverte d'un vaccin ou d'un remède, insiste l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Aux Etats-Unis, où le nombre de morts est tombé à son plus bas niveau quotidien depuis un mois (1015), les autorités tablent sur une nouvelle flambée qui se traduira par 3000 décès par jour, selon un document dévoilé par la presse.

Près de 70'000 personnes ont déjà succombé dans ce pays, le plus touché au monde, mais où de nombreux Etats on entrepris de se déconfiner. La Californie va commencer à assouplir certaines mesures à la fin de la semaine.

"C'est excitant de voir notre pays qui commence à rouvrir!", a tweeté le président Donald Trump, avant la visite mardi d'une usine de masques en Arizona.

Plus de 30'000 morts au Royaume-Uni

Le Royaume-Uni est devenu, lui, le pays d'Europe le plus touché. Les chiffres hebdomadaires des différentes agences régionales des statistiques britanniques, compilés mardi, affichent un bilan de 32'313 décès dont le Covid-19 est la cause suspectée indiquée sur le certificat de décès.

Le ministère de la santé a de son côté fait état mardi de 19'427 décès, soit un chiffre supérieur à l'Italie (29'315 selon les chiffres publiés mardi par la Protection civile).

Et la Russie, qui se prépare à une levée progressive du confinement à partir du 12 mai, assiste de son côté à une accélération de la pandémie, avec pour le troisième jour d'affilée 10'000 nouveaux malades recensés.

"Gigantesque" fonds de relance

Partout, la pression est forte pour relancer l'activité face à une récession mondiale et à une flambée du chômage sans précédent depuis 1945. En Europe, les 27 tentent de trouver un terrain d'entente pour créer un fonds de relance exceptionnel. Celui-ci sera "gigantesque", avec une fourchette de "1000 à 2000 milliards d'euros", a estimé le commissaire européen Thierry Breton.

Mais la justice allemande a jeté mardi une ombre sur le programme massif de soutien monétaire mis en oeuvre depuis 2015 par la Banque centrale européenne (BCE). Elle l'a sommée de justifier "dans les trois mois" ses rachats de dette publique, menaçant la Bundesbank de ne plus pouvoir y participer.

En France, où une rentrée scolaire très controversée est prévue à partir du 11 mai, le président Emmanuel Macron est apparu pour la première fois portant un masque, en tissu noir, lors de la visite d'une école de banlieue parisienne.

Il a par ailleurs prévenu qu'il était "trop tôt" pour planifier des vacances d'été. La pandémie continue de tuer plus de 300 personnes par jour en France, pour un total de plus de 25'500 morts.

De nombreux pays ont déjà commencé à alléger les restrictions, dont l'Italie lundi, ou encore le Portugal, la Serbie, la Belgique, la Turquie, Israël, le Nigeria et le Liban.

Inquiétudes

Au Maghreb, Tunis et Alger ont également engagé un assouplissement mais s'inquiètent des écarts de leurs populations en matière d'hygiène et de distanciation physique.

En République démocratique du Congo, le gouvernement s'est alarmé d'un risque de "propagation à grande échelle" de l'épidémie après qu'une centaine de cas ont été dénombrés dans une prison militaire de Kinshasa.

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23