Retour

02.03.2020 - 07:00

L'ombre du coronavirus et de Crypto planera sur la session

Les parlementaires retrouveront leur pupitre dès lundi après-midi dans un contexte tendu. Entre affaire Crypto et coronavirus, ils devront toutefois se concentrer sur des dossiers sensibles dès la première semaine.

Juste avant l'ouverture de la session, le Bureau du National décider lundi s'il souhaite une Commission d'enquête parlementaire sur l'affaire Crypto. Rien n'est joué à ce stade. Contrairement à la gauche, le PLR et le PDC semblent vouloir attendre pour trancher les conclusions des travaux d'enquête en cours, prévues pour fin juin.

L'affaire a éclaté il y a plus de deux semaines. La CIA et les services de renseignement allemands auraient, durant des dizaines d'années, intercepté des milliers de documents via des appareils de chiffrement truqués de l'entreprise zougoise Crypto. Ils auraient aussi écouté les conversations de plus de 100 Etats étrangers.

Pas de visiteurs

Outre l'affaire d'espionnage, le coronavirus sera dans tous les esprits. Alors que le Conseil fédéral a interdit vendredi avec effet immédiat toutes les manifestations réunissant plus de 1000 personnes en Suisse, l'accès au Palais sera restreint.

Aucun curieux ne pourra prendre place dans les tribunes des conseils durant la session. Et le bâtiment sera fermé aux visiteurs des députés et aux journalistes accrédités pour la journée. Les députés sont aussi invités à éviter les poignées de main à l’intérieur du Palais du Parlement.

Rente-pont et lanceurs d'alerte

Malgré tout, les parlementaires devront se concentrer sur des dossiers parfois sensibles. Mardi, tous les yeux se tourneront vers la Chambre des cantons. Les sénateurs se pencheront de nouveau sur le contre-projet à l'initiative anti-burqa.

Les sociétés anonymes seront quant à elles à l'honneur mercredi. Alors que le Conseil des Etats planchera sur la révision du code des obligations, le National prendra position sur l'initiative pour des entreprises responsables et son contre-projet.

La journée sera particulièrement chargée pour les députés. Ils devront également se prononcer sur la rente-pont pour les chômeurs en fin de droit et l'instauration de plafonds pour les médecins pris en charge par l'assurance obligatoire.

Jeudi, la Chambre du peuple sera occupée la révision de la loi sur la protection des données. Le sort de la nouvelle norme sur les lanceurs d'alerte devrait aussi être scellé. Si les députés la refusent une nouvelle fois, elle passera à la poubelle.

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23