Retour

18.05.2020 - 21:41

L'Europe poursuit son déconfinement

L'Europe a poursuivi lundi son lent retour "à la normale", avec une nouvelle levée des restrictions imposées en mars en raison du coronavirus. Paris et Berlin ont proposé un plan de relance en Europe de 500 milliards d'euros face à l'impact économique de la crise.

A Rome, dans le premier pays à avoir adopté un confinement total de sa population, les habitants ne boudaient pas leur plaisir de voir rouvrir commerces, cafés et terrasses, en dépit d'un temps maussade. Un moment "positif": Elena Quercia, une bijoutière romaine, déguste son café et une pâtisserie, attablée avec des amis sur une placette près du Campo dei Fiori.

Ce début de déconfinement intervient alors que le bilan quotidien des victimes du Covid-19 en Italie est passé pour la première fois depuis deux mois sous la barre des 100 morts. Autres symboles forts: la basilique Saint-Pierre au Vatican, fermée depuis le 10 mars, ainsi que l'Acropole d'Athènes ont également rouvert lundi.

Le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel ont proposé lundi un plan de relance en Europe de 500 milliards d'euros dans le cadre du prochain budget de l'UE. Cette somme doit permettre de faire face à l'impact économique du nouveau coronavirus. La Commission européenne a acceuilli favorablement cette proposition.

Près de 2 millions de cas en Europe

Avec 167'402 décès pour 1'908'708 cas, l'Europe a été durement touchée par la pandémie qui a fait au moins 316'333 morts dans le monde depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi par l'AFP. Plus de 4'759'650 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués dans 196 pays et territoires depuis le début de l'épidémie. Parmi ces cas, au moins 1'711'900 sont aujourd'hui considérés comme guéris.

Les Etats-Unis sont le pays le plus touché tant en nombre de morts que de cas, avec 89'874 décès pour 1'496'509 cas. En Europe, les pays les plus touchés sont le Royaume-Uni avec 34'796 morts pour 246'406 cas, l'Italie avec 32'007 morts (225'886 cas), la France avec 28'239 morts (179'938 cas), et l'Espagne avec 27'709 morts (231'606 cas).

Rivalité sur un futur vaccin

Lançant la réunion de l'OMS, à laquelle prennent part lundi et mardi 194 pays en visioconférence, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a jugé que le monde payait au "prix fort" des stratégies divergentes face à la pandémie.

Malgré l'escalade des tensions entre Washington et Pékin, les pays espèrent adopter par consensus une résolution portée par l'UE et demandant un "processus d'évaluation" des mesures prises par l'organisation face à la pandémie qui a déjà fait plus de 315'000 morts.

Le président chinois Xi Jinping y a assuré qu'un éventuel vaccin chinois contre le coronavirus serait un "bien public mondial", en pleine rivalité américano-européenne sur un futur vaccin. Aux Etats-Unis, la société biotechnologique Moderna, l'une des plus avancées dans la course pour trouver un vaccin, a annoncé des résultats préliminaires encourageants pour son vaccin expérimental chez huit volontaires.

Economies asphyxiées

Dans l'attente d'un remède, le monde s'efforce de relancer des économies asphyxiées, même si le coronavirus progresse, notamment au Brésil, en Inde ou en Afrique du Sud, et que rôde le spectre d'une deuxième vague. La Russie, deuxième pays dans le monde en nombre de cas détectés, a réussi à "arrêter la croissance" des nouvelles infections, a estimé lundi le Premier ministre, qualifiant néanmoins la situation de "compliquée".

La situation est très variable selon les régions. Le président Vladimir Poutine reconnaissait ainsi lundi de graves difficultés au Daguestan, république pauvre du Caucase où les autorités ont admis des centaines de morts probablement des suites du Covid-19.

Partout, des mesures de distanciation sociale sont en vigueur pour tenter d'éviter un rebond de la maladie. A New York, un parc de Brooklyn s'est ainsi doté de cercles géants permettant aux gens s'allonger dans l'herbe en sécurité.

Millions de travailleurs menacés

La crise économique menace les moyens de subsistance de centaines de millions de travailleurs, selon l'Organisation internationale du travail (OIT). Troisième économie mondiale, le Japon a confirmé lundi être entré à son tour en récession.

Aux Etats-Unis, le patron de la banque centrale, Jerome Powell, a estimé que la chute d'activité atteindrait "facilement les 20, les 30%", et que le chômage pourrait culminer à 20 ou 25%, dans un pays où la protection sociale est limitée. Les trois géants américains de l'automobile ont cependant repris la production lundi.

Comme l'Italie et la Grèce, plusieurs autres pays ont également poursuivi leur déconfinement lundi. Certains collégiens français ont retrouvé les bancs de l'école, mais seulement dans les régions les moins touchées par l'épidémie. En Belgique, où c'est également la rentrée, Paul Leblanc, proviseur d'un lycée d'Ixelles, près de Bruxelles, a accueilli ses élèves avec l'air du film Star Wars. "C'est une rentrée masquée", a-t-il rappelé.

Du Portugal à l'Azerbaïdjan en passant par le Danemark ou l'Allemagne, plusieurs autres pays ont rouvert lundi restaurants, cafés et terrasses.

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23