Retour

06.03.2020 - 06:31

Ecoles fermées pour 300 millions d'élèves, avalanche de mesures

L'épidémie de Covid-19 continue de provoquer inquiétude et mesures d'exception dans le monde, privant d'école près de 300 millions d'élèves, vidant les stades et les lieux de culte. L'OMS regrette que certains pays n'en fassent pas assez pour combattre le virus.

En Italie, en Iran, en Corée du Sud, les écoliers sont plusieurs centaines de millions dans le monde à rester à la maison en raison de l'épidémie. L'Unesco recense 13 pays contraints de fermer toutes leurs écoles, affectant plus de 290 millions d'élèves. Il y a deux semaines, seule la Chine, où le virus est apparu en décembre, avait pris la décision de fermer ses écoles.

En Italie, la fermeture de 58'000 écoles, collèges, lycées et universités est inédite dans l'histoire du pays, où les cours avaient continué même pendant la Seconde guerre mondiale et les bombardements des Alliés.

La décision a été "difficile" et est "lourde" de conséquences économiques, a souligné le Premier ministre Giuseppe Conte.

"Pas un exercice"

Une "longue liste" de pays n'en font toutefois pas assez pour combattre le coronavirus, a mis en garde l'Organisation mondiale de la santé (OMS). "Ce n'est pas le moment d'abandonner, ce n'est pas le moment de trouver des excuses, c'est le moment d'y aller à fond", a déclaré le directeur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

Anticipant une épidémie durable, la Russie, peu touchée jusqu'à présent (7 cas), a annulé son principal forum économique prévu début juin à Saint-Pétersbourg.

Quant au Parlement européen, il a déplacé sa session plénière de la semaine prochaine de Strasbourg, dans l'est de la France, à Bruxelles, en raison de la progression du virus en France, où plus de 400 cas dont 7 mortels ont été détectés. A Paris, un député et un employé de l'Assemblée nationale ont été contaminés. Un employé du métro parisien et un autre du réseau de bus de la capitale l'ont été également.

Espaces confinés

Transports en commun, stades, salles de concerts ou lieux de culte : les espaces fermés accueillant du public deviennent des zones à éviter. Nombre de pays prennent en outre des mesures d'interdiction de territoire ou de quarantaine préventive pour des voyageurs provenant de pays touchés par l'épidémie. Trente-six pays ont déjà imposé une interdiction totale d'entrée aux personnes arrivant de Corée du Sud, selon Séoul, et 22 autres ont pris des mesures de quarantaine.

Israël ayant interdit l'accès à son territoire aux ressortissants de plusieurs Etats européens, dont la Suisse, le groupe aérien Lufthansa a décidé de suspendre tous ses vols vers ce pays à partir du 8 mars. Swiss suspend également ses vols vers Tel-Aviv à partir de dimanche et jusqu'au 28 mars.

Près de 100'000 contaminés

Le nombre de cas de contamination dans le monde flirte avec les 100'000 : 85 pays et territoires ont relevé au moins 97'510 personnes infectées, et parmi elles, 3346 en sont mortes, selon un bilan établi par l'AFP à partir de sources officielles jeudi à 18h00.

Un peu plus tard, vendredi matin, la Chine, pays le plus touché, a fait état de 30 nouveaux décès, portant à 3042 le nombre de morts depuis l'éclosion de l'épidémie sur son sol (sans compter les territoires de Hong Kong et Macao). Le nombre quotidien de nouveaux décès varie entre 30 et 40 depuis le 3 mars. Le chiffre de 30 annoncé vendredi est le plus bas depuis le 27 février (29 décès).

Le nombre de nouveaux cas s'élève à 143, portant le total à 80'552. Les autorités chinoises ont aussi annoncé 16 nouveaux cas de contamination importés, pour un total de 36 cas.

Dans les bilans, viennent ensuite la Corée du Sud (6088 cas dont 467 nouveaux, 35 décès), l'Italie (3858 cas dont 769 nouveaux, 148 décès), l'Iran (3513 cas dont 591 nouveaux, 107 décès), et la France qui recensait jeudi 423 cas dont 138 nouveaux et 7 décès.

Comme la Suisse, le Royaume-Uni a annoncé jeudi un premier mort dû à l'épidémie, une personne âgée qui souffrait déjà d'une autre pathologie. Le virus touche chaque jour de nouveaux pays : l'Afrique du Sud a eu son premier cas confirmé jeudi, un homme qui avait récemment séjourné en Italie.

Fonds débloqués

En Chine, la quarantaine à laquelle Wuhan et sa province - épicentre de l'épidémie - sont soumises depuis fin janvier, ainsi que la limitation des voyages dans le pays, semble porter ses fruits : le nombre de nouveaux décès a baissé ces dernières semaines et plus de 50'000 personnes ont été guéries. Revers de la médaille, les mesures drastiques de confinement paralysent l'économie du géant asiatique et menacent par ricochet la croissance mondiale.

Le gouvernement italien a mis en place un plan de 7,5 milliards d'euros pour faire face à l'épidémie et ses conséquences. Aux Etats-Unis, ce sont 8,3 milliards de dollars que le Congrès a prévu pour financer un plan d'urgence de lutte contre le coronavirus.

Car comme les autorités l'avaient annoncé, le coronavirus continuait à se propager dans le pays, avec un premier cas dans le Nevada, à Las Vegas, dans le Colorado (ouest) et trois recensés dans l'Etat du Maryland (est), aux portes de la capitale fédérale Washington, jusqu'à présent encore épargnée officiellement.

Les autorités sanitaires ont procédé jeudi à des tests à bord d'un paquebot de croisière où 35 cas suspects de coronavirus ont été détectés, et qui était bloqué jeudi à une centaine de kilomètres au large des côtes californiennes. Les résultats devraient être connus vendredi matin.

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23