Retour

29.04.2020 - 17:06

Condamné pour discrimination raciale, Jean-Luc Addor fait recours

Le conseiller national valaisan UDC Jean-Luc Addor a été reconnu coupable en appel de discrimination raciale par le Tribunal cantonal. Il écope de 60 jours-amende à 300 francs. Une peine assortie d’un sursis de deux ans. Le Saviésan va faire recours.

Les faits reprochés à Jean-Luc Addor remontent au 22 août 2014. Ce jour-là, une fusillade à la mosquée de Saint-Gall fait un mort. Quelques minutes après, alors en séance du comité suisse de l’UDC dans le canton de Zoug, l’élu fédéral écrit "On en redemande!" sur ses comptes Twitter et Facebook.

Pour la justice cantonale, le conseiller national a "clairement formulé une incitation à la haine contre un groupe de personnes en raison de leur appartenance religieuse. Par ailleurs, il a choisi une formule qui, prise de manière littérale, exprimait de manière particulièrement brutale un appel à répéter un meurtre dans une mosquée", écrit mercredi l'instance dans son verdict.

Le Tribunal cantonal reproche également au Saviésan, un "avocat et un politicien expérimenté", de n'avoir pris aucune "précaution de langage pouvant orienter un lecteur non averti vers une compréhension au second degré de son message". Il confirme ainsi le verdict du tribunal de district de Sion, rendu le 23 mai 2017.

De l'ironie

"Il n'y a plus beaucoup de place pour l'ironie dans ce pays", a réagi mercredi Jean-Luc Addor dans une vidéo publiée sur différents réseaux sociaux après l'annonce du Tribunal cantonal. Le parlementaire compte faire recours auprès du Tribunal fédéral, "car il en va de la liberté d'expression ou plus précisément de ce qu'il en reste dans ce pays".

Le conseiller national UDC, par la voix de son avocat, le célèbre bâtonnier genevois Marc Bonnant, soutenait lors des procédures qu'il avait pratiqué "l'antiphrase", soit une forme d'ironie qui revient à dire le contraire de ce que l'on pense et/ou écrit.

Elu au moment des faits

Ancien juge d'instruction et membre du barreau valaisan, Jean-Luc Addor était élu au Grand Conseil valaisan et candidat à la candidature pour le Conseil national au moment des faits. Ses propos avaient alors été dénoncés par le Conseil islamique suisse, bien que la discrimination raciale soit une infraction poursuivie d'office.

Le politicien siège à Berne comme conseiller national depuis le décembre 2015. Il a été réélu lors des élections fédérales du 20 octobre dernier, en terminant premier de la liste de l’UDC du Valais romand.

Radio Rhône SA   Ch. St-Hubert 5   CP 1144   1951 Sion   Tél. 027 / 327 20 20 Fax. 027 / 327 20 23